A l’ombre d’un soleil noir désenchanté

La photographie numérique comme enjeu de la restauration de l’image

La matérialité de l’image peinte a été préservée grâce au conservateur-restaurateur, habilité à redonner vie à l’œuvre, en surface et/ou en profondeur. Nettoyage plus ou moins conséquent, potentiellement suivi d’un masticage, d’un recollage des parties craquelées, d’un rentoilage.

Ce qui nous intéresse concerne la délicate étape visant à reconstituer la fragile surface de l’image absente sur la matière. Dans la restauration de peinture, il faut établir une légère modulation pour distinguer entre la remise en état et l’objet initial, permettant ainsi dans l’idéal, de revenir sur l’action faite et de garder l’intégrité de l’objet.

La numérisation photographique a ouvert la pratique de la restauration à la retouche numérique. Il n’est plus nécessaire d’agir sur la matière pour préserver, l’image devient l’objet de l’attention.

Le noir ne remonte plus du fond de l’image, comme dans la mélacolie de Dürer, mais dégorge de la photographie, comme les ombres dans les toiles de Francis Bacon.

Si toute photographie n’est pas une œuvre d’art, elle en partage les enjeux.

L’image ancienne, ayant subi des dégradations de sa matière, nécessite une restauration afin de retrouver la représentation, ainsi que l’authenticité acquise par la perte de son propre moyen d’apparition et de démultiplication.

Ce qui fait l’origine d’une chose est tout ce qu’elle contient de transmissible de part son origine, de sa durée matérielle à son pouvoir de témoignage historique. Comme cette valeur de témoignage repose sur sa durée matérielle, dans le cas de la reproduction, où le premier élément – la durée matérielle- échappes aux hommes , le second – le témoignage historique de la chose- se trouve également ébranlé,  c’est l’autorité de la chose, son poids traditionnel.

Tout ces caractères se résument dans la notion d’aura, et on pourrait dire: à l’époque de la reproductibilité technique, ce qui dépérit dans l’œuvre d’art, c’est son aura. 

Walter Benjamin L’œuvre d’art à l’ère de sa reproductibilité technique; Authenticité (première version p 73)

La trace des altérations matérielles n’est décelable que grâce à des analyses physico-chimiques, impossibles sur une reproduction; pour déterminer les mains successives entre lesquelles l’œuvre d’art passée, il faut suivre toute une tradition en partant du lieu même où se trouve l’original. Le hic et nunc de l’original constitue ce qu’on appelle son authenticité;

Walter Benjamin L’œuvre d’art à l’ère de sa reproductibilité technique; Authenticité (première version p 71)
L’image argentique s’est trouvée déteriorée
Une partie de la représentation s’est effacée.

Comme pour la peinture, les détériorations faites à l’image ne permettent pas une réhabilitation des parties endommagées. La restauration passe par la reconstruction complète de l’image.

La cohérence de l’image est sauvée et l’original est préservé des modifications altérant sa matérialité Bien que les champs d’implications soient très distincts,

Peinture comme photographie questionnent le rapport entretenu de l’image à la matérialité qui la sous tend. 

Xavier-Aurélien Racine

L’image du temps perdu retrouvé

Roland Barthes, dans son ouvrage La chambre claire exemplifie concrètement son propos par des photographies tirées de l’actualité ainsi que de sa famille. Plus qu’une hiérarchie entre la grande et la petite histoire, ce sont les modalités du lien constitutif de la confrontation des deux qui nous importent.

L’image est révélatrice pour deux raisons, soit elle montre soit elle réactualise un souvenir, une émotion. Du Studium au Punctum, c’est notre rapport du particulier à l’universel que présente l’image qui est en jeu.

Cependant, l’ argentique dans sa matérialité, subit les outrages du temps dont les piqures, pliures, déchirures, écornages, salissures, constituent un véritable voile, écrasant la représentation sous la matérialité additionnée des dégâts temporalisés.

L’évolution de la photographie, avec le numérique, a permis l’émergence de nouvelles modalités de la restauration d’images, non invasives quant à l’original.

La première étape consiste à nettoyer et à réparer les imperfections de l’image. Dès lors que la matière additionnelle s’atténue, l’image réapparait .


La deuxième étape consiste à redonner luminosité et contraste à l’image, en prenant garde de conserver les nuances et les détails .

L’image, ainsi, regagne en présence. Le retoucheur numérique, comme le restaurateur tachera de préserver tant que possible l’entité photographique afin de rester fidèle aux choix premiers du photographe.

Considérant l’époque, si l’image est floue, cela n’a que de peu d’ importance. Des Pictorialistes à Robert Capa, c’est une valeur révélatrice de l’esthétique photographique et de son emprise mondaine. Du mouvement ou bougé au défaut d’optique, c’est l’emprise du contexte sur la captation donnant à voir un moment « donné ».

Si l’image réhabilitée ouvre une petite et fragile fenêtre sur l’histoire avant que l’enchainement des évènements pousse chaque Homme à porter son chaînon de la chaîne éternelle, pour paraphraser Victor Hugo, il est essentiel de pouvoir en maintenir l’existence.

Avec le numérique, tout citoyen est amené à pouvoir préserver une part de cette documentation faisant notre histoire, dont les captures « instantanées » sont des fragments² révélateurs.