Ceci n’est pas une photographie

Hubert-Félix Thiéfaine

Du portrait psychologique au dessin, la contrainte est la difficulté de transcription. Comment traduire la fugacité d’un moment volé à l’expression d’une figure, mélancolique plus que nostalgique.

Xavier-Aurélien Racine, dessin, Stylo Bille, 29,7X42 cm Janvier 2020

Toute une tradition esthétique s’est confrontée à cette difficulté. Le Laocoon, véritable visionnaire par delà le figé du marbre, fut l’un des premiers révélateurs de la transcription de l’être dans le paraître, témoin impuissant de la disparition de sa prédiction.

Albrecht Dürer traduisit avec sobriété le thème de la mélancolie issu de la bile noire, constitutive de l’ontologie artistique.

La tradition picturale a été traversée par nécessité de faire exprimer le sujet, permettant de dire en révélant. Nombreux peintres, souvent influencés de procédés pré-photographique, ont traduit l’expression des modèles.

La photographie, par la spontanéité de sa saisie similaire à celle de l’expression s’est naturellement emparée du sujet par la constitution du portrait psychologique thématisé par Richard Avedon ayant pour ambition de montrer l’être profond de l’individu par-delà les présupposés sociaux.

Révéler, n’est ce pas donner une interprétation d’un individu multiple et devenant, confronté dans son rapport au monde, à des représentations de lui-même comme l’évoquait Diderot dans sa réflèction sur son portrait par Van Loo. Le Je étant un Autre, multipliant les possibles d’un être diffracté figé dans ses traces figuratives.

Thomas Ruff a choisi d’ exprimer la réalité d’un individu en résumant l’être à la présence. Le spectateur se trouve alors dans la position d’un vouvoiement avec le multiple des possibles résumés à la figure de la transcription d’un tutoiement avec la simplification contrainte d’une représentation.

Du fond à la forme nait l’ambiguïté, celle du statut de l’image. S’il est évident qu’il s’agit d’un portrait, sa nature reste problématique.

Tenant compte de son mode de production, il est évident qu’il s’agit d’un dessin alors que son aspect, par la couleur et le modelé, s’apparente d’avantage à la peinture.

L’ambiguïté constitutive de l’origine n’entame pas l’intérêt de la production, questionnant sur son statut.

La perspective ouverte aux spectateurs dépend de leur conscience de ce qui constitue originellement et originairement l’ image. Ce bégaiement des perspectives multiples sur un même objet est tendu par l’unité du style réunissant les différences.

Ainsi, par delà les contradictions morcelées à la semblance d’un verni écaillé, c’est l’être traduit dans le style qui donne à voir.

Pour répondre à Gilles Deleuze, on peut dire que si l’on rencontre d’abord l’œuvre, révélant de pont entre divers modes d’expression d’une Idée, on en découvre que mieux l’homme, dont les masques divers expriment les modalités multiples du rapport à l’art.

Généalogie d’une rencontre

J’ai découvert, sur l’écran d’un ordinateur qui avait déjà bien baroudé, les premières images et poèmes qui composent l’« album Louis Noir », puis l’histoire de son auteur.

Nous étions deux Doctorants, coincés dans trois place d’un avion long courrier, un peu fatigués du stress consécutif de la déterritorialisation croisée rentrant chez moi, lui venant enseigner.

Si nos sujets de thèses semblaient ne rien avoir en commun, traitant respectivement de littérature poétique, et de philosophie de l’art, il y avait cependant une gravure.

Deux perspective sur des mondes spécialisés, qui trouvèrent un point d’achoppement, et si selon Gilles Deleuze, on ne fait pas de rencontre avec les gens mais avec les œuvres, ici la seconde permis le première.

Il faut alors développer la généalogie de cette rencontre.

Tristan Corbière s’était risqué à un frontispice au dessin assez libre dans une technique des plus exigeantes, la gravure. Mais sa poésie fut l’objet d’illustrations.

Ainsi, il y avait Jean-Pierre Velly, véritable clef de voute entre la poésie et la gravure, ayant eu pour projet d’illustrer Les amours jaunes. C’est lui qui avait recommandé en Italie à Michel Random de rencontrer Philippe Mohlitz. Celui-ci absent, étant à la Casa Velasquez, fit place à George Rubel (que j’ai eu le privilège de rencontrer chez René Tazé lors de contrôle d’impression) qui lui fit rencontrer grande partie de ceux qui sont devenus les Visionnaires Français. Ce monde de l’estampe visionnaire s’entrechoquait alors avec celui d’une poésie qui aurait pu le devenir. Vision d’un monde direct, avant le retournement introspectif donnant l’œuvre mentalisée.

Et il y avait également Jean Moulin, sur une photo duquel j’avais travaillé le rapport entre l’image vernaculaire et son lien à la peinture, ( peut-être une publication à venir) qui fut également l’auteur d’une illustration gravée des Amours Jaunes de Tristant Corbiére.

Une vie, c’est parfois des moments d’ enchantements, permis seulement par l’ouverture à l’échange . Ainsi, je ne saurais qu’ être reconnaissant de cette confiance qui me fut accordée pour cette publication, à laquelle j’espère avoir apporté autant qu’elle m’a ouvert une perspective sur une généalogie esthétique.

Merci particulièrement à Benoît Houzé pour la confiance qu’il m’ à accordée et la liberté laissée pour la rédaction de ce commentaire d’image.

« Je est un autre. Tant pis pour le bois qui se trouve violon, et Nargue aux inconscients, qui ergotent sur ce qu’ils ignorent tout à fait ! » Artur Rimbaud

L’autre, c’est l’ être en possible, métissage des consciences déterminant les perspectives multiples juxtaposées dans un monde ouvert aux pluriels des rencontres.

Un débat à texte ouvert s’est engagé entre les artistes, les écrivains, les esthéticiens, les intellectuels sur la perte et sa nature consécutive de la déportation et de l’extermination des communautés, principalement Juives.

Vous êtes né à Vienne, en 1909. On a aujourd’hui une image un peu mythique de la Vienne de cette époque. On imagine une extraordinaire capitale de la vie culturelle, artistique et intellectuelle. Je crois que vous êtes réticent devant une telle description de votre ville natale?

[…] On dit souvent également que cette contribution au monde moderne était en grande partie juive. C’est une très grande simplification et il faudrait une longue analyse pour rétablir la vérité. Cette question, d’ailleurs, devrait ne pas revêtir une grande importance, sauf pour les racistes, mais puisqu’elle a été soulevée, il n’est pas inutile de rappeler que ni Loos ni Webern ou Berg, ni Klimt ou Kokoshka, ni Doderer n’étaient juifs.

Ernst Gombricht Didier Eribon, Ce que l’image nous dit, entretien sur l’art et la science, Adam Biro

Il semble évident que la trame sociale composant une société à une époque donnée ne peut être l’objet d’une simplification nécessairement réductrice. Je renvoie à la lecture de l’ouvrage « Le monde d’hier. Souvenirs d’un européen » où Stefan Zweig décrit un monde et son dévoiement. La culture s’est constituée à travers des rencontres permettant les échanges produisant par assimilations, associations, un ensemble d’œuvres fondamentales.

C’est la société dans son ensemble qui à perdu une modalité d’être au monde, non seulement attachée à la culture et au texte , mais participant, dans l’échange, à son développement, son enrichissement et sa diffusion. C’est la part laissée à l’autre, à la différence, dans une société qui a été remise en cause, trahissant les promesses de laïcité.

Du droit au déni, la rupture avec la laïcité a brisé le développement des échanges sociaux et culturels.

Dernier point sur le quel je voudrais revenir avant d’aborder la dimension consceptuelle de l’œuvre- et non des moindres – : en tant qu’ Allemand de la « seconde génération », Kiefer a du travailler non pas un mais deux deuils. Celui, tragique bien sûr mais évident, si j’ose le formuler ainsi, non sans une certaine brutalité, du deuil de l’horreur infligée aux Juifs, aux Tziganes, aux résistants, aux comunistes, aux homosexuels… Mais également celui qui moins « attendu », moins travaillé aussi par les historiens de cette épouvantable époque, concerne ce que Kiefer appele si justement « le deuil des Allemands qui ont perdu une partie de l’ Allemagne »

Qu’est-ce à dire? Que dans l’entre-deux-guerres en Allemagne, la culture juive, assimilée, il faut y insister, était infiniment plus riche que la culture catholique. La combinaison des deux cultures, ce que Kiefer appelle « la profondeur allemande » de « l’intellectualisme juif », rayonnait d’une puissance fantastique…et à jamais perdue. Se vouant au nazisme, l’ Allemagne a ainsi commis une double catastrophe: Les allemands se sont eux-mêmes amputés, et c’en est fini à jamais de cette richesse inouïe de l’intellectualisme et du cœur. Les allemands se sont coupés d’eux-mêmes et doivent accomplir le travail d’un double deuil, ce que Kiefer a d’ailleurs formulé lors d’un discours prononcé à la Knesset, à Jerusalem, en 1990, offrant au musée de la ville sa sculpture Pavot et mémoire, l’ange de l’histoire-en référence à Walter Benjamin, je l’ai esquissé plus haut.

Dominique Baqué, Anselm Kiefer, entre mythe et concept, Edition du regard

Il y a un manque intrinsèque, dont l’absence pèse sans que les mots aient suffisamment été portés.

Anselm Kiefer, traduit dans un Atlas symbolique constitué à partir des références à des multiples cultures , histoires, symboles, une œuvre révélant et essayant de combler la conscience d’un vide.

Le lui, c’est peut-être l’autre de notre civilisation, mais cette altérité est sans titulaire. Ceci peut se formuler plus abruptement encore: le génocide n’a pas d’héritiers. De cette expérience-là, intransmissible, nul ne peut se revêtir, sinon les survivants. Parmi les gens de notre génération, il est donné à personne de dire: je suis l’enfant d’ Auschwitz. […]

Certaines communautés, c’est vrai, ont subsisté pratiquement intactes, mais ce sont celles que n’a pu atteindre la violence meurtrière des nazis. Pour les autres, il s’est produit le contraire de ce que prédisait Kaplan: malgré le chiffre monstrueux de leurs victimes, les Allemands ont échoué numériquement: la déroute ne leur a pas laissé le temps de mener à bien la solution finale, mais leur réussite a été qualitative: ils ont effacé du monde la Yiddichkeit. Et c’est pourquoi, moi, Juif ashkénaze, je suis un juif sans substance, Luftmensh, mais pas au sens traditionnel de vagabond ou de mendiant… Le Luftmensh d’aujourd’hui, c’est le juif en état d’apesanteur, délesté de ce qui aurait pu être son univers symbolique, son lieu particulier, ou l’un au moins de ses domiciles : la vie juive.

Alain Finkielkraut, Le juif imaginaire, Points

Le vide laissé est double. D’abord ontologique, il y a perte d’une culture, Puis social, cette culture ne pouvant plus s’exprimer. De la conscience de ce manque parait un vide laissé que Kiefer, Boltanski, ont essayé de réincarner.

L’histoire a contraint les Hommes à un processus de déterritorialisation forcée, vers des reterritorialisations souhaitées permettant un nouveau développement des cultures dans l’hétérogénéité des possibles ouverts à la rencontre.

Vœux 2015

Cette carte, gravée au burin sur cuivre 20X40 a fait l’objet de mon premier contact avec Philippe Mohlitz.

Les cartes de vœux sont une tradition de graveurs, permettant d’échanger de faire connaitre ainsi que de vendre à prix dérisoire une œuvre non limitée par la série.

L’ authenticité de l’image est ramenée à la limitation mécanique de son impression en série.

Si j’ai étudié l’ eau forte lors des mes études pratiques, j’ai appris le burin que pour mieux saisir les subtilités des œuvres gravés que j’étudiais. De cette rencontre est née une passion.

Pour ma part la carte ne fut tirée qu’à cinq exemplaires, tous offerts.

Burin, Xavier-Aurélien Racine
Burin, Xavier-Aurélien Racine
Burin, Xavier-Aurélien Racine
Burin, Xavier-Aurélien Racine