La Trahison des images

Joan Fontcuberta, Fauna

Il est une esthétique de l’ironie qui se joue du réel pour induire en erreur le spectateur afin de donner à voir une représentation pour une ipséité appuyé par le principe de soumission de l’ opinion à un argument d’ autorité constitué par l’objectivité.

Avec l’apparition de la photographie et l’affirmation de son présupposé objectif, se constitue une composition d’images donnant a voir des objets fantasmagoriques.

Joan Fontcuberta (24/02/55) réalisa Fauna, véritable « Fake news » montrant des compositions d’être multiples.

Joan Fontcuberta, Fauna
Joan Fontcuberta, Fauna

La trahison photographique de la vérité du visible au profit d’un donné à voir est consubstantiel au médium dont les limites permettent une modulation poétique. Par la post production il y à fusion de la perception constitutif de l’oeil Américain au profit du retournement conceptuel du troisime oeil.

Par delà le réel et le visible, le donné à voir révèle en transcrivant ce qui constitue les mondes intérieurs peuplé de mythologies trouvant des sources multiple et entrecroisés. S’est en faisant bagayer les formes du réel que surgissent les modalités d’une représentation visionnaire.

Si le travail de taxidermie de Sabrina Brewer s’apparente à celui Fontcuberta, le passage par la photographie permet de composer l’objet comme le développement d’un sujet scientifique, passant toute à la foi le spectateur en complice d’une découverte, et le collectionneur, dans la tradition d’une conservation d’objet rare.

Sabrina Brewer, THE IVORY GRIFFIN

Que le troisième œil dicte à l’œil Américain la nature du perceptible est une affaire établie depuis l’élaboration de toute représentation. Umberto Ecco montre dans Bardolino comment la narration s’approprie les faits pour construire l’Histoire en fonctions des enjeux qui la traverse. La vérité n’existe quepar la construction des raisons de son apparition..

Dés la Renaissance les cabinet de curiosités présentaient un ensembles d’objets hétéroclites regroupés en un lieux communs en raison de leurs particularités. Bien que l’on y trouve des objets naturels et de valeurs, y était également conservé des composition destiner à tromper le spectateur.

L’ œuvre fait paraitre les éléments constitutifs d’une réalité construite à partir d’une fantasmagorie prise dans l’ histoire.

Liberté, Egalité, Fraternité

Le Triomphe des Mairies, Grands décors Républicains à Paris, 1870-1914

La vérité entraînant les scieces à sa suite répand sa lumiére sur les hommes
Paul Albert Besnard (1849-1934). « La Vérité entraînant les Sciences à sa suite répand sa lumière sur les hommes (détail) ». Paris, Hôtel de Ville, Salon des Arcades.

Le principe de République a tranché l’idée d’un pouvoir absolu au profit de la réunion des Hommes dans une société déterminée par l’intérêt commun.

Avec le Siècle des Lumières, s’est constitué un ensemble de problématiques philo-sociales dont on peut constater quelles ont favorisé l’émergence d’une nouvelle société, de nouveaux modes de productions axés sur l’industrialisation permise par la mécanisation. Daniel Arasse lie d’un même battement l’ émergence de la photographie et la disparition de la monarchie. Cette circonvolution est résumée par l’objectivité rationaliste devenue programme philosophique chez René Descartes:

connoissant la force et les actions du feu, de l’eau, de l’air, des astres, des cieux, et de tous les autres corps qui nous environnent, aussi distinctement que nous connoissons les divers métiers de nos artisans, nous les pourrions employer en même façon à tous les usages auxquels ils sont propres, et ainsi nous rendre comme maîtres et possesseurs de la nature. Ce qui n’est pas seulement à désirer pour l’invention d’une infinité d’artifices, qui feroient qu’on jouiroit sans aucune peine des fruits de la terre et de toutes les commodités qui s’y trouvent, mais principalement aussi pour la conservation de la santé, laquelle est sans doute le premier bien et le fondement de tous les autres biens de cette vie.

 René Descartes, Discours de la méthode, texte établi par Victor Cousin, Levrault, 1824, tome I, sixième partie

Le corps social a été remodelé par la connaissance et l’objectivité permettant de s’inspirer de la nature dans l’espoir d’un monde meilleur limité seulement par le possible. Pourtant, elle semble se retourner sur elle-même, pour construire un monde nouveau défini par l’affirmation de représentations reconsidérées.

Cette nouvelle perspective s’est trouvée appuyée par la constitution d’un corpus thématique donné à réaliser aux artistes . Ce nouvel Atlas de représentations est symptomatique de la volonté d’asseoir la République sur des valeurs liant les Hommes dans la citoyenneté par-delà leurs origines.

La constitution de ce nouvel évangile laïque s’exprime par l’apparition de thèmes reflétant les enjeux ontologiques.

Dans un premier temps on peut regrouper ce qui à composé le corps social:

La vie politique est peinte dans les temps qui ont été forts.

A.Bramtot, Le suffrage universel

Le travail, dont la valorisation ne répond pas des thèmes classiques évoquant des moments de la mythologie ou de la bible, mais de l’affirmation d’un citoyen répondant à une fonction sociale.

J.A. Rixen Le Feu

La famille, est avec l’école de la République, les deux socles sociaux et culturels ayant à constituer le citoyen. Ainsi l’école est présentée comme le lieu donné à chacun pour acquérir les modalités d’un être au monde.

La Patrie, est présentée comme le prolongement de la l’action de l’Homme hors de la famille.

Dans un deuxième temps on peut regrouper ce qui constitue la topographie de la République.

Les régions et les paysages, son traités pour évoquer les diverses facettes de l’unité.

F. Ehrmann La Lorraine

Les saisons, marqueurs du temps qui passe cimentent la société dans ses projets communs

Dans un troisième temps on peut regrouper l’ensemble des arts héritiers du passé, de leur vocation didactique.

Les arts littéraires, la musique, les arts plastiques et la danse,

Luc-Olivier Merson, La Danse (368)

La révolution sociale s’appuie sur un socle esthétique constitué du passage provisoire des grands thèmes mythologiques à l’affirmation d’un nouveau projet social porté par un idéal égalitaire.

Cela parait dans l’attribution des réalisations aux artistes. Le mécénat Républicain a fonctionné sur la base de concours dans lesquels un jury votait pour les meilleurs projets, en modifiait les détails, parfois même le contenu. Les commandes directes se faisaient sur la base des précédents concours afin de ne pas léser les artistes/citoyens participants .

La création des artistes dans le cadre de la République n’est pas constituée par une tension Visionnaire, subissant le poids du protocole, mais se présente comme l’affirmation d’un idéal, dont il nous est permis de juger de l’évolution par delà l’époque.

Dans les Choses vues , Victor Hugo traduit ce qu’ aurait du être l’esprit du texte.

Toujour la douceur!- Oui, dis-je, la douceur. L’énergie d’un côté, la douceur de l’autre ; voilà les deux armes que je veux mettre dans les mains de la République.

Chose vues, Victor Hugo

La période évoquée est un point d’équilibre entre deux instances constitutives d’une perspective sur un monde devenant.

Selon Rony Brauman de 1870 à 1914 nous changeons de paradigme transitant d’une guerre de duels (Solférino) à une guerre de sociétés.

En revanche, la seconde guerre mondiale à provoqué l’implosion du corps social par la volonté d’une discrimination basée sur des motifs « raciaux », antinomiques avec la République discriminant les hommes par les compétences, dans une course à l’abime destructrice qui emporta avec elle une partie des raisons de son existence.

Ce qui dans l’image du « Triomphe des Mairies » était l’expression d’une tension vers un projet de société, deviendrait avec le développement de l’histoire une forme de propagande tournée sur la promotion et le culte d’un régime social.

Le paroxysme du principe de mécanisation et d’industrialisation à été la destruction programmée d’hommes, de femmes, d’enfants en raison de ce qu’ils sont ou ont été.

La conséquence esthétique devient la fixation des enjeux par un principe d’efficacité, nonobstant tout ce qui détourne l’image de ce qu’ elle tend à garder la trace.

L’œil Américain guidé du troisième œil marie la diversité des perspectives dans l’unité d’un projet démonstratif, ontologique et social dont la République a pour fonction de garantir l’expression.

« L’art est mort vive la machine »

Vladimir Tatlin

L’art à été conçu comme le résultat de la relation d’un artiste avec l’objet de sa production, incarnation d’un nouvel être au monde.

Pour s’en convaincre, il suffit d’entendre la terminologie constitutive de l’art pictural associant la couleur au fard, au maquillage, et ainsi la peinture à la séduction, mais également à la tromperie, à l’illusion .

La représentation du beau traduit ce qui en art constitue une part du sujet. L’objet d’art devient celui d’un amour du « travail bien fait » ainsi que de l’objet de sa représentation, indépendamment du thème développé . Cette conception prend fin avec l’ industrialisation, imposant la machine comme outil objectif détachant l’auteur de la projection pour aller directement à l’objet.

« L’ amour est mort, j’en suis tremblant,
J’adore de belles idoles
Les souvenirs lui ressemblant »

Alcool 1913, La chanson du mal-aimé, Guillaume Apollinaire

De l’invective de Vladimir Tatline à la citation de  Guillaume Apollinaire, l’enjeu est le statut de l’objet d’art, et la place du spectateur face à la création métamorphosée en objet de production. Ces deux artistes trouvèrent une poésie au temps moderne, intégrant à leurs œuvres l’actualité d’un monde en devenir.

L’artiste constituait une image mentale rendant possible l’émergence de l’œuvre. Cette construction a été permise par la pose de modèles vivants appuyée de la  connaissance de l’anatomie, dépliant le caléidoscope des perceptions dans la construction d’une image définie.

« Tu ne penses plus à moi, et cependant tu me regardes. – Aimerais-tu mieux me voir copiant une autre femme ? – Peut-être, dit-elle, si elle était bien laide. – Eh ! bien, reprit Poussin d’un ton sérieux, si pour ma gloire à venir, si pour me faire grand peintre, il fallait aller poser chez un autre ? – Tu veux m’éprouver, dit-elle. Tu sais bien que je n’irais pas. Poussin pencha sa tête sur sa poitrine comme un homme qui succombe à une joie ou à une douleur trop forte pour son âme. – Écoute, dit-elle en tirant Poussin par la manche de son pourpoint usé, je t’ai dit, que je donnerais ma vie pour toi ; mais je ne t’a jamais promis, moi vivante, de renoncer à mon amour. – Y renoncer ? s’écria Poussin. – Si je me montrais ainsi à un autre, tu ne m’aimerais plus. Et, moi-même, je me trouverais indigne de toi. Obéir à tes caprices, n’est-ce pas chose naturelle et simple ? Malgré moi, je suis heureuse, et même fière de faire ta chère volonté. Mais pour un autre ! fi donc. – Pardonne, ma Gillette, dit le peintre en se jetant à ses genoux. J’aime mieux être aimé que glorieux. Pour moi, tu es plus belle que la fortune et les honneurs. Va, jette mes pinceaux, brûle ces esquisses. Je me suis trompé. Ma vocation, c’est de t’aimer. Je ne suis pas peintre, je suis amoureux. Périssent et l’art et tous ses secrets ! Elle l’admirait, heureuse, charmée ! Elle régnait, elle sentait instinctivement que les arts étaient oubliés pour elle, et jetés à ses pieds comme un grain d’encens. – Ce n’est pourtant qu’un vieillard, reprit Poussin. Il ne pourra voir que la femme en toi. Tu es si parfaite !

Le chef d’œuvre inconnu Balzac

Balzac esquisse le lien problématique du regard de l’artiste, à la fois intime et détaché, scrutateur du sujet. Cet être aux aguets voit par delà les papillotages de l’être au monde la figure attendue sur le support. Je renvoie ici à la conférence de Jacqueline Lichtentein sur le dessin du nu.

Avec Balzac et Apollinaire, l’amour a pour objet le beau dans ce que la représentation transcende le réel pour faire voir.

Vladimir Tatline participe au retournement de paradigme esthétique. L’enjeu n’est plus de faire voir une représentation par le prisme de l’image mentale mais de montrer objectivement une réalité apparemment triviale ou anecdotique.

La photographie est cette mécanique qui triomphe de la mort de l’art. Armée pour transformer le réel en objet d’observation, en catalogues de mauvaises images valent par le sens qu’ elle font émerger au sein d’un Atlas.

Citons Hilla et Bernd Becher, Hans Peter Feldmann, Stephen Shore, constituant une photographie directe, redoublant le regard dans la direction prise par la neutralité des apprêts.

Si le photographe adhère a une réalité crue, il en extrait par le cadrage, la profondeur de champ, et la densité… une transcription signifiante.

Si la machine triomphe, l’artiste change de nature, mutant de l’élaboration à la captation permise par le passage d’un troisième œil à l’œil Américain.

C’est par la constitution de nouvelles mythologies constituées de nouvelles idoles ou d’un Atlas de symboles signifiants que se renouvelle notre rapport à la perception de ce qui compose l’esthétique. Ainsi, il devient possible de percevoir les stations services comme un lieu romantique ainsi que le suggère Friedriech Lichtenstein.