Image à dessein

Blood of Eden

Xavier-Aurélien Racine 01/03/2022

I caught sight of my reflection
I caught it in the window
I saw the darkness in my heart
I saw the signs of my undoing
They had been there from the start

And the darkness still has work to do
The knotted chord’s untying
They’re heated and they’re holy
Oh they’re sitting there on high
So secure with everything they’re buying
In the blood of Eden
Lie the woman and the man
With the man in the woman
And the woman in the man
In the blood of Eden
Lie the woman and the man
We wanted the union
Oh the union of the woman
The woman and the man

My grip is surely slipping
I think I’ve lost my hold
Yes, I think I’ve lost my hold

I cannot get insurance anymore
They don’t take credit, only gold
Is that a dagger or a crucifix I see
You hold so tightly in your hand
And all the while the distance grows between you and me
I do not understand

In the blood of Eden
Lie the woman and the man
With the man in the woman
And the woman in the man
In the blood of Eden
Lie the woman and the man
We wanted the union
Oh the union of the woman
The woman and the man

At my request, you take me in
In that tenderness, I am floating away
No certainty, nothing to rely on
Holding still for a moment
What a moment this is
Oh for a moment of forgetting, a moment of bliss
Heyyyyyyyyyyyyyyyyy

I can hear the distant thunder
Of a million unheard souls
Of a million unheard souls
Watch each one reach for creature comfort
For the filling of their holes

In the blood of Eden
Lie the woman and the man
With the man in the woman
And the woman in the man

In the blood of Eden
We wanted the union
Of the woman and the man

In the blood of Eden
Lie the woman and the man
I feel the man in the woman
And the woman in the man

In the blood of Eden
Lie the woman and the man
I feel the man in the woman
And the woman in the man

In the blood of Eden
We’ve done everything we can
In the blood of Eden
Saw the end as we began

With the man in the woman
And the woman in the man
It was all for the union
Oh, the union of the woman, the woman and the man

Peter Gabriel, Blood of Eden

Image à dessein

Signal To Noise

Xavier-Aurélien Racine, Signal To Noise

You know the way that things go
When what you fight for starts to fall
And in that fuzzy picture
The writing stands out on the wall
So clearly on the wall

Send out the signals deep and loud

And in this place, can you reassure me
With a touch, a smile – while the cradle’s burning
All the while the world is turning to noise
Oh the more that it’s surrounding us
The more that it destroys
Turn up the signal
Wipe out the noise

Send out the signal deep and loud

Man I’m losing sound and sight
Of all those who can tell me wrong from right
When all things beautiful and bright
Sink in the night
Yet there’s still something in my heart
That can find a way
To make a start
To turn up the signal
Wipe out the noise

Signal To Noise, Peter Gabriel 2002

Image à dessein

Shaking the Tree

Xavier-Aurélien Racine, 22/02/2222

“Souma Yergon, Sou Nou Yergon
We are shakin’ the tree
Souma Yergon, Sou Nou Yergon
We are shakin’ the tree

Waiting your time, dreaming of a better life
Waiting your time, you’re more than just a wife
You don’t have to do what your mother has done
She has done, this is your life, this new life has begun

It’s your day, a woman’s day
It’s your day, a woman’s day

Souma Yergon, Sou Nou Yergon
We are shakin’ the tree
Souma Yergon, Sou Nou Yergon
We are shakin’ the tree

Turning the tide, you are on the incoming wave
Turning the tide, you know you are nobody’s slave
Find your sisters or brothers who can hear all the truth in what you say
They can support you when you’re on your way

It’s your day, a woman’s day
It’s your day, a woman’s day

Souma Yergon, Sou Nou Yergon
We are shakin’ the tree
Souma Yergon, Sou Nou Yergon
We are shakin’ the tree

Changing your ways, changing those surrounding you
Changing your ways, more than any man can do
Open your heart, show him the anger and pain, so you heal
Maybe he’s looking for his womanly side, let him feel

You had to be so strong
And you do nothing wrong, nothing wrong at all
We’re gonna break it down
We’re gonna shake it down, shake it all around

No no no no no no
No no no no no no
No no no no no no

It’s your day, a woman’s day
It’s your day, a woman’s day
It’s your day, a woman’s day
It’s your day, a woman’s day

It’s your day, a woman’s day
It’s your day, a woman’s day
It’s your day, a woman’s day
It’s your day, a woman’s day

It’s your day, a woman’s day
It’s your day, a woman’s day
It’s your day, a woman’s day
It’s your day, a woman’s day

You had to be so strong
You do nothing wrong, nothing wrong at all
We’re gonna break it down
We’re gonna shake it down, shake it all around”

Shaking the Tree
Peter Gabriel

Image à dessein

“Encerclement”

Xavier-Aurélien Racine 01/02/2022

[…] je trouve cela abominable parce que n’importe qui est à la merci de la délation d’un pauvre type. […] C’est une chose insupportable qui se passe qui est du même type.. C’est pas du tout – Je dirais pour employer les termes juste de gauche et droite – c’est pas du tout de la même manière que la gauche dénonce des scandales ou que la droite dénonce des scandales ou de pseudo scandales, il y a des opérations de la droite qui remontent déjà bien avant guerre, qui généralement consistent à déshonorer les gens ; c’est très très curieux çà, c’est des opérations que j’arrive pas à analyser… comment ils font des espèces d’encerclement où ils lancent un truc, sans aucune preuve puis ça marche, finalement ça marche. Il y a une opération là, très curieuse. je dis ça parce que c’est une chose qui doit être présente à notre esprit tant que cette affaire ne sera pas reglée. Mais j’insiste sur l’importance dès maintenant, que l’on soit tous préts à faire vraiment un grand mouvement […]

1982, Gilles Deleuze

Image à dessein

“Je cesserai de me soucier de mes origines juives le jour où disparaitra le dernier antisémite” Raymond Aron

J.C.: «Vous avez dit à l’instant, Raymond Aron, que vous étiez Juif, j’ai retrouvé une phrase de vous, vous disiez «je cesserai de me soucier de mes origines juives le jour ou disparaitra le dernier antisémite».

R. A. «Oui, je pense en effet, j’étais parfaitement à mes origines juives parce que mes parents, déjà n’étaient plus pratiquants ni religieux. Je crois n’être jamais allé au Temple, peut-être une fois ou deux pendant toute ma jeunesse et seuls quelques cris de camarades de “sale juif” et qui ne me touchaient pas, je n’avais réellement pris conscience de ma judéité, comme on dit aujourd’hui, et le choc pour moi, l’expérience profonde, ça a été l’Allemagne et l’Allemagne hitlérienne et depuis que j’ai été en Allemagne pour la première fois en 1930.

JC : A Cologne.

RA : A Cologne, comme lecteur à l’Université de Cologne et le mouvement hitlérien en septembre 1930 a eu son premier grand succès, 107 députés élus au Reichstag. Et alors, l’antisémitisme hitlérien m’a fait prendre conscience de mon judaïsme, ou de ma judéité en ce sens qu’à partir de ce moment là, j’ai tenu à l’affirmer avec, non pas de manière agressive, mais j’ai eu peur de donner aux autres le sentiment que je dissimulais ma judéité.

JC Est-ce que l’on pourrait dire que c’était un autre aspect du racisme.

RA: Chez moi, non ! Non parce que j’ai horreur de fuir mon destin, j’ai horreur de fuir les charges que la vie telle qu’elle est peut m’imposer, j’ai connu un certain nombre de malheurs privés dont je ne veux pas parler qui m’ont marqués profondément et le fait que je sois juif n’est pour moi, j’ ai écris, ni une raison de fuite, ni un motif d’humiliation. Être Juif, c’est être ceci, comme l’on pourrait être autre chose, mais à partir du moment où il y a eu des millions d’êtres qui ont péri parce qu’ils étaient Juifs, à partir du moment où le terme est considéré comme infamant par une partie de la population, je ne veux pas fuir ceux qui sont mes coreligionnaires que je le veuille ou non. Je dis toujours «coreligionnaires» parce que je ne suis pas croyant, je ne suis pas religieux et qu’il y a quelque chose d’artificiel à dire que je suis coreligionnaire alors que je n’appartiens pas à cette religion. Mais peu importe, je ne sais pas comment dire, d’une certaine manière, je ne voudrais pas rougir si je me retrouvais devant mon grand père qui était la première génération sortie du ghetto. Je ne veux pas fuir cela, je ne veux pas fuir mes ancêtres, c’est tout.

Raymond Aron

Images à dessein

Le marteau sans maître

Xavier-Aurélien Racine 25/10/2021

[…]

Bel édifice et les pressentiments

[…]

Des yeux purs dans les bois

Cherchent en pleurant la tête habitable.

René Char