Image à dessein

Les Travailleurs de la mer

Xavier-Aurélien, Racine, 13/04/2024

Je dédie ce livre au rocher d’hospitalité et de liberté, à ce coin de vieille terre normande où vit le noble petit peuple de la mer, à l’île de Guernesey, sévère et douce, mon asile actuel, mon tombeau probable.

Les Travailleurs de la mer, Victor Hugo

Image à dessein

L’ aphasie de Francis Ponge

Xavier-Aurélien Racine

Je crois que tous les grands écrivains, les très grands écrivains sont aphasiques d’une certaine manière. Je me trompe peut-être, mais j’imagine mal quelqu’un qui vivant avec l’intensité qui est celle de Ponge avec une explication, avec sa propre langue, et qui soit en même temps un parleur, un éloquent ; ce qui fait que, c’est dans une certaine difficulté d’élocution en quelque sorte que l’écriture travaille. Et Ponge est quelqu’un qui a tenu le registre en quelque sorte de ce travail. Il nous en a laissé avec la Table, le Pré, et la Fabrique de pré. C’est toutes les traces, les explications au corps à corps avec la langue, avec quelque chose effectivement de lent, de laborieux, de difficultueux, et qui compose avec une extraordinaire grâce, c’est-à-dire qu’il y a les deux quand on lit les esquisses ; les projets, les bouts de brouillons. On voit la lenteur, le précautionneux, la circonspection, la difficulté à avancer. Et puis, en même temps, dans le rapport à la langue, une agilité, une souplesse, un savoir bondir en quelque sorte qui sont inséparables, et je j’admire le plus chez Ponge. Et puis, il a fait de cette préparation de l’œuvre, de ce Pré, il en a fait une œuvre.

Jacques Derrida

Image à dessein

L’expérience poétique de la langue

Xavier-Aurélien Racine, 16/03/2024

Oui, tout ça sont des…, tous ces textes sont aussi…, on peut le lire ainsi, des déclarations d’amour à tel ou tel mots. Je dis pourquoi, au moins à partir de tel moment, je peux en venir à aimer un mot, à me mettre sous sa loi, à le laisser faire, avec ma complicité, mais à le laisser faire, et en effet le mot pas, auquel j’ai consacré un texte sur Blanchot il y a très longtemps, revient d’une autre manière dans Apories, dans certaines phrases qui ouvrent Apories. Mais bien sûr il
s’agit d’une certaine aventure avec les mots, non pas pour en jouer ou pour…, comment dire, les faire servir, mais d’une certaine manière, pour se mettre à leur service et essayer de leur rendre un service singulier. C’est pourquoi la référence à l’autobiographie est nécessaire et pourtant me gêne un peu, c’est aussi l’autobiographie de quelqu’un qui ne veut pas oublier qu’il est libre sous
la loi de la langue, de l’écriture dans une langue. Ça fait partie, à quelle condition l’expérience de la langue peut-elle faire partie de l’autobiographie. L’expérience poétique de la langue, puisqu’il s’agit, grâce à elle, ou tout en lui rendant grâce, de lui faire faire des choses, ou d’essayer de lui faire faire des choses, comme on le fait avec qui on aime. De lui faire faire des choses qui la surprenne, ça sa fait partie de la signature autobiographique. Mais naturellement on ne peut pas
aimer les mots comme des, …, comme simplement des choses verbales, ou comme des termes, des vocables, on aime les mots en tant qu’ils sont traversés par une destination, même si cette destination reste au bout du compte indéterminée, la destination compte, et c’est la traversée du mot, on revient de nouveau à l’interminable, l’inépuisable question de la route du passage de la
traversée de la frontière.

Jacques Derrida -Deux entretiens à propos de ses livres Apories et Résistance de la psychanalyse dans Du jour au lendemain avec Alain Veinstein sur France culture (1996).

Image à dessein

Le rêve de la guillotine

Xavier-Aurélien Racine, 25/02/2024

Le rêve de la guillotine

Alfred Maury cité par Sigmund Freud dans « L’interprétation du rêve »

Image à dessein

La Guillotine et l imaginaire de la Terreur

Xavier-Aurélien Racine, 17/02/2024

La Guillotine et l imaginaire de la Terreur

Daniel Arasse

Image à dessein

Opposition à peine de mort et à l’euthanasie

Xavier-Aurélien Racine, 10/02/2024

«Nul ne peut retirer la vie à autrui dans une démocratie»

Opposition à peine de mort et à l’euthanasie
Robert Badinter

Image à dessein

The Fiddler on the underground

Xavier-Aurélien Racine, 06/01/2024,

The Fiddler on the underground

Washington Post

Image à dessein

Effet de désinformation

Xavier-Aurélien Racine, 27/05/2023

Effet de désinformation

Elizabeth F. Loftus

Image à dessein

Influence minoritaire

Xavieraurelien Racine, 22/05/2023

Influence minoritaire

Serge Moscovici

Ceci n’est pas une peinture, ceci n’est pas une photographie

Sinéad O’Connor

La chanteuse et compositrice irlandaise Sinead O Connor est née le 08 décembre 1966 à Dublin. 

Xavier-Aurélien Racine, 12/09/2022

I NOTHING COMPARES 2U

Initialement, la chanson a été composée par Prince en 1984. Elle sort sur le disque « The Family » qui ne fut pas un succès. Sinead O’Connor la reprend en 1990 et en permet un succès planétaire.

La chanson problématise le lien qu’entretien le désir avec l’agencement afin de constituer un être au monde.

 […] 

Depuis que tu m’as repris ton amour, 

Je sors tous les soirs et je dors toute la journée

Depuis que tu m’as repris ton amour,

Depuis que tu es parti, je peux faire ce que je veux,

Je peux sortir avec qui je veux,

Je peux diner dans un restaurant grand luxe, mais rien,

J’ai bien dit rien ne peut effacer mon cafard, car rien, rien ne t’égale 

Nothing compares 2 U Prince

« Je ne désire jamais quelque chose tout seul. Je désire, bien plus, je ne désire pas un ensemble non plus, je désire dans un ensemble. ( …). Il n’y a pas de désir qui ne coule dans un agencement. Si bien que le désir ça a toujours été pour moi si tu veux, si je cherche le terme abstrait qui correspond à désir, je dirais, c’est constructivisme. Désirer, c’est construire un agencement, c’est construire un ensemble, l’ensemble d’une jupe, d’un rayon de soleil, (Claire Parnet : d’une femme) d’une rue, voilà. L’agencement d’une femme, d’un paysage, (Claire Parnet, d’une couleur), d’une couleur, voilà ce que c’est un désir, c’est donc construire un agencement, c’est construire une région, c’est vraiment agencer. Le désir, c’est vraiment du constructivisme ».

Abécédaire de Gilles Deleuze, D comme Désir. (Cf. Helmut Berger).

L’être là se trouve projeté dans l’angoisse contradictoire à l’amour.

L’entrave à l’expression du désir n’est pas constitutive d’une ouverture mais d’une fermeture à l’émergence du possible annihilant toute construction. Ce qui est donné en potentialité par la rencontre d’ontologies aux différences de potentialités qui sont constitutives d’une différence d’enjeux, se recoupent sur un point ouvrant la perspective. La perspective qui est comprise comme la base du constructivisme. 

Ainsi, le constructivisme est une puissance incarnée par le désir dans la rencontre produisant l’expression.

« L’homme comme le créateur est l’objet de « la fortune » qui élève l’homme au sommet et le jette à terre, afin qu’elle en rît et qu’elle en pleure » Machiavel.

De la volonté d’agir à l’action impossible, l’homme se trouve pris au cœur d’une double contrainte impactant la puissance créatrice.

II  I DO NOT WANT WHAT I HAVEN’T GOT (1990) 

« Je marche à travers le désert, 

Et je n’ai pas peur même s’il fait chaud,

J’ai tout ce que je demande

Et je ne veux pas ce que je n’ai pas »

Sorti sur le même album que Nothing compares 2 U, le postulat est diamétralement opposé.

Sinead O’connor constitue un axiome tiré du stoïcisme, limitant le désir à ses modalités d’actions et refusant la fuite effrénée vers l’inassouvi. Ainsi, en comparaison « l’homme qui a l’âme en paix n’est importun ni à lui-même, ni aux autres ».

Loin de la doctrine d’Aristide de Sirène, instigateur de l’hédonisme, Epicure est un stoïcien tirant son référent de la représentation mythologique d’Hercule.

A la différence de celui-ci, il ne s’agit pas d’aller au-devant des situations périlleuses afin d’en assumer la gestion mais plutôt d’établir une retraite afin d’éviter l’expression des désagréments. 

Sinead O’connor, à l’image des stoïciens suit une route tracée dans le désert.

Sinead O’connor constitue son album sur le principe d’une invective destinée à constituer un rappel : Je ne dois pas vouloir ce que je n’ai pas.

Le stoïcisme, pour l’artiste, constitue la limitation des possibles à l’expression du produit des rencontres. Loin d’être un écart, il s’agit de constituer un dialogue intersubjectif basé sur la communion des volontés de faire émerger une œuvre.

L’émergence de l’œuvre à travers la rencontre passe le filtre sélectif de l’apparition d’une image possible, impossible ou compossible.

Il s’agit de faire émerger par l’expression de la volonté de puissance, la création comme expression de l’être consécutif d’un monde. 

L’œuvre impossible résulte de l’inadéquation avec les modalités de la création. 

L’œuvre compossible constitue l’ensemble des possibilités ne trouvant pas d’aboutissement.

L’œuvre possible constitue l’apparition au sens apollinien ou dionysiaque.

Sinead O’connor, a réalisé des collaborations avec nombre d’artistes comme Prince, Roger Waters, Elton John, Peter Gabriel, Richard Wright, Broken China, Massive Attack, Sly Dunbar, Robbie Shakespeare.

III  JUM IN THE RIVER

Les appels téléphoniques

Me laissent toujours incertain,

Les choses ne sont jamais dites de leur plein gré

Je suis préoccupé

Je ne peux pas les faire sortir de mon esprit

Et si vous me disiez saute dans la rivière

Je le voudrais

Parce que ce serait vraisemblablement une bonne idée.

Sinead O’connor et Marco Pirroni

D’Héraclite à Parménide, le saut ne nous plonge pas dans la même rivière. 

Parménide constitue une pensée de l’être de l’unité entrant en contradiction avec Héraclite pour qui le devenir constitue le seul développement de nos potentialités au monde. « On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve ». Javelot lancé de l’antiquité au XX° siècle, cette exigence a inspiré la pensée de Nietzsche. La nécessité esthétique passe par la communion dans l’apollinien pour la production plastique et dans le dionysiaque en ce qui concerne l’œuvre musicale développée dans la Naissance de la tragédie.

Ce corps à corps de l’artiste au spectateur prend l’art en interface comme la constitution d’une rencontre transcendant jusqu’à l’acmé.

« L’animation du corps n’est pas l’assemblage l’une contre l’autre – ni d’ailleurs la descente dans l’automate d’un esprit venu d’ailleurs, ce qui supposerait encore que le corps lui-même est sans dedans et sans « soi ». Un corps humain est là quand, entre voyant et visible, entre touchant et touché, entre un œil et l’autre, entre la main et la main, se fait une sorte de recroisement, quand s’allume l’étincelle du sentant – sensible, quand prend ce feu qui ne cessera pas de brûler, jusqu’à ce que tel accident du corps défasse ce que nul accident n’aurait suffire à faire ».

Merleau-Ponty, l’œil et l’esprit.

L’art est cette aptitude à faire paraître ces éléments hétérogènes qui n’auraient au-delà de son existence, pas de substance. Dans la communion, l’œuvre relève l’indicible de l’être.

Image à dessein

Après moi

Xavier-Aurelien Racine
Xavier-Aurélien Racine. 23/11/2022

I—uh—must go on standing
You can’t break that which isn’t yours
I—uh—must go on standing
I’m not my own, it’s not my choice

La-da-da, da-da-da

Be afraid of the lame
They’ll inherit your legs
Be afraid of the old
They’ll inherit your souls
Be afraid of the cold
They’ll inherit your blood
Après moi, le déluge
After me comes the flood

I—uh—must go on standing
You can’t break that which isn’t-isn’t yours-yours
I—uh—must go on standing
I’m not my own, it’s not my choice

La-da-da, da-da-da
Ah, uh, uh, ah, uh
La.. da.. da…
La-da-da

Be afraid of the lame
They’ll inherit your legs
Be afraid of the old
They’ll inherit your souls
Be afraid of the cold
They’ll inherit your blood
Après moi, le déluge
After me comes the flood

Be afraid of the lame
They’ll inherit your legs
Be afraid of the old
They’ll inherit your souls
Be afraid of the cold
They’ll inherit your blood
Après moi, le déluge
After me the flood

You might also like
Philadelphia
Peter Gabriel
I Think It’s Going to Rain Today
Peter Gabriel
Sledgehammer
Peter Gabriel

Be afraid of the lame
They’ll inherit your legs
Be afraid of the old
They’ll inherit your souls
Be afraid of the cold
They’ll inherit your blood
Après moi, le déluge
After me comes the flood …the flood

Peter Gabriel

Image à dessein

Mother Of Violence

Xavier-Aurélien Racine, 09/11/2022

Walking the street with her naked feet
So full of rhythm, but I can’t find the beat
Snapping her heels, clicking her toes
Everybody knows just where she goes

Fear, fear, she’s the mother of violence
Making me tense to watch the way she breed
Fear, she’s the mother of violence
You know self-defense is all you need
It’s getting hard to breathe
It’s getting so hard to believe
To believe in anything at all

Mouth all dry, eyes bloodshot
Data stored on a microdot
Kicking the cloud with my moccasin shoes
TV dinner, TV news

‘Cause fear, fear, she’s the mother of violence
Don’t make any sense to watch the way she breed
Fear, she’s the mother of violence
Making me tense to watch the way she feed
The only way you know she’s there
Is the subtle flavor in the air
Getting hard to breathe
Getting hard to believe in anything at all
But fear

Peter Gabriel

Image à dessein

White Shadow

Xavier-Aurélien Racine, 02/11/2022

Ten coaches roll into the dust
Chrome windows turned to rust
Hang on inside, they know they must
Hanging on the green-backed words “In God We Trust”

No one knew if the spirit died
All wrapped to go like Kentucky Fried
Trying to read the flight of birds
Low on fuel, getting low on words

And she comes out like a white shadow
She comes out like a white shadow

Each one drawn to empty spaces
Outsiders, borderline cases
It’s hard to tell black from white
When you wake up in the middle of the night

Weighted down by the absence of sound
Broken now by the cry of a hound
Looking for movement within the haze
Light can be deceptive with her rays

And she comes out like a white shadow
And she comes out like a white shadow
She comes out like a white shadow

Peter Gabriel
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search