Art: du Percept au Concept

John Baldessari

Selon Gilles Deleuze, il est possible de distinguer différentes modalités de l’expression traduites dans des langages spécifiques tels que le percept pour l’art, le concept pour la philosophie, les affects pour la musiques par exemple.

Les modalités spécialisées constitutives des pratiques de création tendent vers un produit déterminé. Ainsi, les objets répondent aux attentes des pratiques, et deviennent l’objet des « spécialistes » praticiens ou experts.

Dès l’ouverture de l’Académie Royale de Peinture et de Sculpture vers 1648 était envisagé un cycle de conférences permettant de constituer ces professions comme des actes libéraux, échappant ainsi aux principes des artisans, ouverts par la suite à des collectionneurs.

L’artiste se construit alors à l’image d’ un gentilhomme, constitutif du savoir de son temps, comme le furent Léonard de Vinci ou Albrecht Dürer.

Au dix-neuvième siècle, le système de représentation se fractionne, pour diverses raisons, laissant une plus grande place à une recherche de « style », contrebalancée par une posture de l’artiste plus solitaire allant jusqu’à la représentation de l’artiste maudit.

Les diverses manières de voir se marient pour composer une représentation dont certains aspects sont renouvelés.

Une synthèse se constitue entre les diverses modalités de productions, mêlant ainsi leurs caractéristiques originaires prises comme des code de significations symboliques. Je renvoie ici à la vidéo publiée précédemment constituant le trait d’union entre Demachy et Richter par l’usage du flou.

La transdisciplinarité fait bégayer la production dans ses modalités d’expression donnant à voir un possible renouvelé, échappant par l’expression à la répétition.

John Baldessari représente une modalité de cette recherche, introduisant le concept dans le percept affirmant un détachement dans le décalage vis-à-vis des attentes d’un spectateur contraint à l’analyse.

Il importe alors de savoir où l’artiste place son œuvre pour connaître l’enjeu de son propos et le juger en fonction d’une proposition réelle plutôt que fantasmée.

Généalogie d’une rencontre

J’ai découvert, sur l’écran d’un ordinateur qui avait déjà bien baroudé, les premières images et poèmes qui composent l’« album Louis Noir », puis l’histoire de son auteur.

Nous étions deux Doctorants, coincés dans trois place d’un avion long courrier, un peu fatigués du stress consécutif de la déterritorialisation croisée rentrant chez moi, lui venant enseigner.

Si nos sujets de thèses semblaient ne rien avoir en commun, traitant respectivement de littérature poétique, et de philosophie de l’art, il y avait cependant une gravure.

Deux perspective sur des mondes spécialisés, qui trouvèrent un point d’achoppement, et si selon Gilles Deleuze, on ne fait pas de rencontre avec les gens mais avec les œuvres, ici la seconde permis le première.

Il faut alors développer la généalogie de cette rencontre.

Tristan Corbière s’était risqué à un frontispice au dessin assez libre dans une technique des plus exigeantes, la gravure. Mais sa poésie fut l’objet d’illustrations.

Ainsi, il y avait Jean-Pierre Velly, véritable clef de voute entre la poésie et la gravure, ayant eu pour projet d’illustrer Les amours jaunes. C’est lui qui avait recommandé en Italie à Michel Random de rencontrer Philippe Mohlitz. Celui-ci absent, étant à la Casa Velasquez, fit place à George Rubel (que j’ai eu le privilège de rencontrer chez René Tazé lors de contrôle d’impression) qui lui fit rencontrer grande partie de ceux qui sont devenus les Visionnaires Français. Ce monde de l’estampe visionnaire s’entrechoquait alors avec celui d’une poésie qui aurait pu le devenir. Vision d’un monde direct, avant le retournement introspectif donnant l’œuvre mentalisée.

Et il y avait également Jean Moulin, sur une photo duquel j’avais travaillé le rapport entre l’image vernaculaire et son lien à la peinture, ( peut-être une publication à venir) qui fut également l’auteur d’une illustration gravée des Amours Jaunes de Tristant Corbiére.

Une vie, c’est parfois des moments d’ enchantements, permis seulement par l’ouverture à l’échange . Ainsi, je ne saurais qu’ être reconnaissant de cette confiance qui me fut accordée pour cette publication, à laquelle j’espère avoir apporté autant qu’elle m’a ouvert une perspective sur une généalogie esthétique.

Merci particulièrement à Benoît Houzé pour la confiance qu’il m’ à accordée et la liberté laissée pour la rédaction de ce commentaire d’image.

Hommage à Philippe Mohlitz

Gravure de Philippe Mohlitz

Je suis triste d’ apprendre que pour Philippe Mohlitz, c’est « La fin du voyage ».

Désarmé face à l’irrémédiable, nous pouvons encore rendre hommage à l’intellectuel de l’image qui voulait imposer le détachement du concret, du factuel pour adopter une attitude d’ esthète, dont il opposait la sensibilité à l’émotion produite par l’estampe, au fonctionnaire de l’image, enclin à la justification systématique.

Rendre compte, c’est avoir une emprise sur l’image, pensait-il, raison pour la quelle il avait fait le choix d’un pseudonyme.

Comme il le souhaitait de son vivant, l’ homme s’est effacé devant l’œuvre, encore si puissante, riche de sa complexité, de ses détails, de sa virtuosité à saisir dans l’intemporel, l’air du temps.

Si j’ai vouvoyé l’ homme et tutoyé l’image, cette découverte d’un univers riche comme un Atlas, ouvrant une fenêtre sur l’histoire, révèle dans une pratique ancienne la force d’un artiste qui nous a été contemporain.