Ceci n’est pas une photographie

Jean-Michel Basquiat

SAMO© de son nom de graffer, Basquiat exprime une période de l’art marquée par la nécessité de la rapidité d ‘exécution et l’ efficacité de la transcription picturale.

Comme Jackson Pollock, Keith Haring, Andy Warhol la production est marquée par l’urgence de la transcription et la volonté d’ en partager l’apparition sur tous supports confondus, du mur à la toile, renversant la logique du lieu d’ apparition de l’image. Le chevalet est évacué de la logique qui en faisait le support de cette fenêtre ouverte sur le monde, constituant les perspectives dans le multiple d’un monde devenant.

Xavier-Aurélien Racine, Jean-Michel Basquiat, Stylo Bille, A3

La peinture est de nouveau le prétexte au renouvèlement d’un Humanisme engagé dans l’action intuitive de la relation au support. La spontanéité marque les maladresses techniques mais capte la force dans l’apparition de l’œuvre. A l’image de Cy Twombly, l’ œuvre émerge dans le temps de la confrontation au support.

La querelle du dessin et du coloris

Spontanément, deux modalités d’apparition de l’œuvre émergent. Keith Haring emploie le dessin en points et lignes comme constituant de son discours plastique alors que Jean-Michel Basquiat part fondamentalement de la surface colorée pour faire émerger la forme signifiante.

L’usage potentiel du texte constitue un brouillage des modalités de l’expression initiale, brisant la surface à la fois par la ligne et le sens. Cette construction en papillotage replace l’œuvre dans l’expression de la vie marquée de l’imbrication des sensations multiples dont nous choisissons de sélectionner les plus révélatrices.

Black Lives Matter

C’est l’ambiance libertaire d’une époque en soif d’expression qui se traduit dans cette volonté de produire une image techniquement simplifiée en permettant la consommation renouvelée en continu.  L’artiste fonctionne à l’image d’ une machine,  produisant des œuvres en séries  transcrivant le monde dans celui des signes par un délire accumulateur devenant trans esthétique. L’image constitutive du troisième œil est réduit à un signe permettant la démultiplication des clins d’ yeux Américains, diffusant  la perception ainsi que la connaissance de l’œuvre. Il arrivait que  l’expression et sa  production étaient stoppées par la loi. 

Defacement (la mort de Michael Stewart) peint par Jean-Michel Basquiat en 1983 marque le sentiment d’une rupture dans cette quette de liberté. Michael Stewart, afro-américain, arrêté alors qu’il taguait,  est mort à 25 ans, des suites de son interpellation. 

Mourir car appartenant à une minorité et pour avoir eu le sentiment d’avoir quelque chose à dire qui nécessite une modalité d’expression ouverte sur le monde et marqué dans son contexte d’apparition, est par empathie, le scandale entachant une société fermée à l’ouverture au monde.  

 

 

 

Ceci n’est pas une photographie

Hubert-Félix Thiéfaine

Du portrait psychologique au dessin, la contrainte est la difficulté de transcription. Comment traduire la fugacité d’un moment volé à l’expression d’une figure, mélancolique plus que nostalgique.

Xavier-Aurélien Racine, dessin, Stylo Bille, 29,7X42 cm Janvier 2020

Toute une tradition esthétique s’est confrontée à cette difficulté. Le Laocoon, véritable visionnaire par delà le figé du marbre, fut l’un des premiers révélateurs de la transcription de l’être dans le paraître, témoin impuissant de la disparition de sa prédiction.

Albrecht Dürer traduisit avec sobriété le thème de la mélancolie issu de la bile noire, constitutive de l’ontologie artistique.

La tradition picturale a été traversée par nécessité de faire exprimer le sujet, permettant de dire en révélant. Nombreux peintres, souvent influencés de procédés pré-photographique, ont traduit l’expression des modèles.

La photographie, par la spontanéité de sa saisie similaire à celle de l’expression s’est naturellement emparée du sujet par la constitution du portrait psychologique thématisé par Richard Avedon ayant pour ambition de montrer l’être profond de l’individu par-delà les présupposés sociaux.

Révéler, n’est ce pas donner une interprétation d’un individu multiple et devenant, confronté dans son rapport au monde, à des représentations de lui-même comme l’évoquait Diderot dans sa réflèction sur son portrait par Van Loo. Le Je étant un Autre, multipliant les possibles d’un être diffracté figé dans ses traces figuratives.

Thomas Ruff a choisi d’ exprimer la réalité d’un individu en résumant l’être à la présence. Le spectateur se trouve alors dans la position d’un vouvoiement avec le multiple des possibles résumés à la figure de la transcription d’un tutoiement avec la simplification contrainte d’une représentation.

Du fond à la forme nait l’ambiguïté, celle du statut de l’image. S’il est évident qu’il s’agit d’un portrait, sa nature reste problématique.

Tenant compte de son mode de production, il est évident qu’il s’agit d’un dessin alors que son aspect, par la couleur et le modelé, s’apparente d’avantage à la peinture.

L’ambiguïté constitutive de l’origine n’entame pas l’intérêt de la production, questionnant sur son statut.

La perspective ouverte aux spectateurs dépend de leur conscience de ce qui constitue originellement et originairement l’ image. Ce bégaiement des perspectives multiples sur un même objet est tendu par l’unité du style réunissant les différences.

Ainsi, par delà les contradictions morcelées à la semblance d’un verni écaillé, c’est l’être traduit dans le style qui donne à voir.

Pour répondre à Gilles Deleuze, on peut dire que si l’on rencontre d’abord l’œuvre, révélant de pont entre divers modes d’expression d’une Idée, on en découvre que mieux l’homme, dont les masques divers expriment les modalités multiples du rapport à l’art.

Rendre la couleur éloquente, hommage à Jacqueline Lichtenstein

Auteur de  » La couleur éloquente » , philosophe de l’art, elle savait créer un dialogue entre l’ œuvre et son spectateur pour en faire émerger le sens.

Dessin ou couleur, elle questionnait les enjeux fondamentaux qui déterminent l’émergence des pratiques picturales.

https://www.louvre.fr/pratique-et-theorie-du-dessin-xve-xixe-sieclepar-jacqueline-lichtenstein

De la couleur d’un dessin à la ligne d’une peinture, de la séduction à l’éloquence, elle fit voir « le monde comme tableau ».