Image à dessein

L’ aphasie de Francis Ponge

Xavier-Aurélien Racine

Je crois que tous les grands écrivains, les très grands écrivains sont aphasiques d’une certaine manière. Je me trompe peut-être, mais j’imagine mal quelqu’un qui vivant avec l’intensité qui est celle de Ponge avec une explication, avec sa propre langue, et qui soit en même temps un parleur, un éloquent ; ce qui fait que, c’est dans une certaine difficulté d’élocution en quelque sorte que l’écriture travaille. Et Ponge est quelqu’un qui a tenu le registre en quelque sorte de ce travail. Il nous en a laissé avec la Table, le Pré, et la Fabrique de pré. C’est toutes les traces, les explications au corps à corps avec la langue, avec quelque chose effectivement de lent, de laborieux, de difficultueux, et qui compose avec une extraordinaire grâce, c’est-à-dire qu’il y a les deux quand on lit les esquisses ; les projets, les bouts de brouillons. On voit la lenteur, le précautionneux, la circonspection, la difficulté à avancer. Et puis, en même temps, dans le rapport à la langue, une agilité, une souplesse, un savoir bondir en quelque sorte qui sont inséparables, et je j’admire le plus chez Ponge. Et puis, il a fait de cette préparation de l’œuvre, de ce Pré, il en a fait une œuvre.

Jacques Derrida

Image à dessein

L’expérience poétique de la langue

Xavier-Aurélien Racine, 16/03/2024

Oui, tout ça sont des…, tous ces textes sont aussi…, on peut le lire ainsi, des déclarations d’amour à tel ou tel mots. Je dis pourquoi, au moins à partir de tel moment, je peux en venir à aimer un mot, à me mettre sous sa loi, à le laisser faire, avec ma complicité, mais à le laisser faire, et en effet le mot pas, auquel j’ai consacré un texte sur Blanchot il y a très longtemps, revient d’une autre manière dans Apories, dans certaines phrases qui ouvrent Apories. Mais bien sûr il
s’agit d’une certaine aventure avec les mots, non pas pour en jouer ou pour…, comment dire, les faire servir, mais d’une certaine manière, pour se mettre à leur service et essayer de leur rendre un service singulier. C’est pourquoi la référence à l’autobiographie est nécessaire et pourtant me gêne un peu, c’est aussi l’autobiographie de quelqu’un qui ne veut pas oublier qu’il est libre sous
la loi de la langue, de l’écriture dans une langue. Ça fait partie, à quelle condition l’expérience de la langue peut-elle faire partie de l’autobiographie. L’expérience poétique de la langue, puisqu’il s’agit, grâce à elle, ou tout en lui rendant grâce, de lui faire faire des choses, ou d’essayer de lui faire faire des choses, comme on le fait avec qui on aime. De lui faire faire des choses qui la surprenne, ça sa fait partie de la signature autobiographique. Mais naturellement on ne peut pas
aimer les mots comme des, …, comme simplement des choses verbales, ou comme des termes, des vocables, on aime les mots en tant qu’ils sont traversés par une destination, même si cette destination reste au bout du compte indéterminée, la destination compte, et c’est la traversée du mot, on revient de nouveau à l’interminable, l’inépuisable question de la route du passage de la
traversée de la frontière.

Jacques Derrida -Deux entretiens à propos de ses livres Apories et Résistance de la psychanalyse dans Du jour au lendemain avec Alain Veinstein sur France culture (1996).

Image à dessein

La violence structurelle

Xavier-Aurélien Racine, 10/03/2024

La violence structurelle

Johan Galtung

Le terme désigne une forme de violence provoquée par les structures ou institutions d’une société donnée, qui empêche les individus de se réaliser.

Image à dessein

La relation psychologique

Xavier-
Aurélien Racine, 02/03/2024

Le bras reste comme ça, regardez, je sais bien que je n’ai pas des bras de lutteurs, non plus, mais, regardez, c’est “ta-ta-ta “vraiment, et c’est beaucoup plus facile le muscle ne travaille pas, vous le détendez au contraire, comme ça.
Musique.
Vous restez toujours un peu en retrait, comme ça, c’est ça, voyez-vous, ça, allez.
Musique.
Il ne faut pas non plus montrer que… la corse à la Napoléon, [rire] il faut faire un geste qui soit juste mais pas emphatique, c’est-à-dire qu’il faut ça, et pas en avant les armées, non, non, allez-y :
Musique.
Oui,vous lui parlez à lui, c’est à lui que vous lui dites, donne-moi quelque chose, mais oui, mais c’est ça la volonté. Qu’est-ce que vous êtes, c’est imposer votre volonté à quelqu’un qui le veut bien,c’est ça la relation psychologique. Sans ça, s’il fait ça il ne veut pas de moi, j’aurais beau y faire tout ce que vous voulez, allez-y.
Musique.
Non, non, faites le mouvement de balance, il n’y a rien de plus simple que ça, si vous poser, là vous ne savez plus quoi faire de vos mains, si elles étaient en bas, en l’air, etc. Non regardez, je suis là, j’ai ça ici, maintenant je fais ça, bon très bien, je tourne la main simplement pour lever quelque chose, et là je tourne la main au contraire pour baisser quelque chose, c’est-à-dire ça fait “Ta-ta-ta”, bon très bien, ou au contraire, faisons le dernier accord, le Romain trois, “Ya papapa”, tu vois où c’est ?
Musique.
Et maintenant, vous faites ça, vous gardez le saut pour vous, Une dernière fois.
Musique.
Voilà, laissez-les mains ouvertes, Le son continue, ce n’est pas comme ça le son, c’est ça, non n’arrêtez pas. Musique. Et moi je laisse,et il faut que tout le monde entende cette sonorité, ça peut durer, et il faut rester calme, et ne pas bouger, et là, c’est le seul côté théâtral du chef d’orchestre qu’il peut se payer.
Musique.

Pierre Boulez

https://www.radiofrance.fr/francemusique/podcasts/les-essentiels/les-experts-pierre-boulez-l-expert-du-20e-siecle-4965465

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search