Image à dessein

Shaking the Tree

Xavier-Aurélien Racine, 22/02/2222

“Souma Yergon, Sou Nou Yergon
We are shakin’ the tree
Souma Yergon, Sou Nou Yergon
We are shakin’ the tree

Waiting your time, dreaming of a better life
Waiting your time, you’re more than just a wife
You don’t have to do what your mother has done
She has done, this is your life, this new life has begun

It’s your day, a woman’s day
It’s your day, a woman’s day

Souma Yergon, Sou Nou Yergon
We are shakin’ the tree
Souma Yergon, Sou Nou Yergon
We are shakin’ the tree

Turning the tide, you are on the incoming wave
Turning the tide, you know you are nobody’s slave
Find your sisters or brothers who can hear all the truth in what you say
They can support you when you’re on your way

It’s your day, a woman’s day
It’s your day, a woman’s day

Souma Yergon, Sou Nou Yergon
We are shakin’ the tree
Souma Yergon, Sou Nou Yergon
We are shakin’ the tree

Changing your ways, changing those surrounding you
Changing your ways, more than any man can do
Open your heart, show him the anger and pain, so you heal
Maybe he’s looking for his womanly side, let him feel

You had to be so strong
And you do nothing wrong, nothing wrong at all
We’re gonna break it down
We’re gonna shake it down, shake it all around

No no no no no no
No no no no no no
No no no no no no

It’s your day, a woman’s day
It’s your day, a woman’s day
It’s your day, a woman’s day
It’s your day, a woman’s day

It’s your day, a woman’s day
It’s your day, a woman’s day
It’s your day, a woman’s day
It’s your day, a woman’s day

It’s your day, a woman’s day
It’s your day, a woman’s day
It’s your day, a woman’s day
It’s your day, a woman’s day

You had to be so strong
You do nothing wrong, nothing wrong at all
We’re gonna break it down
We’re gonna shake it down, shake it all around”

Shaking the Tree
Peter Gabriel

Ceci n’est pas une peinture, ceci n’est pas une photographie

In your eyes

Peter Gabriel (13/02/1950 à Chobham, Angleterre) est l’artiste d’une ouvre totale, intégrant à sa production musicale la scénographie, la danse, la vidéo, les enjeux sociaux-politiques.

Xavier-Aurélien Racine, Peter Gabriel, Graphite 21/10/2021

In your eyes

L’ oeuvre musicale de Peter Gabriel est marquée par la rencontre avec d’autres couleurs sonores venues de territoires esthétiques distincts ouverts sur d’autres perspectives au monde . La réunion des êtres,  des cultures musicales constitue un enjeu que sa proposition unit sous la bananière de l’Humanité .

Il fonde WOMAD en 1982 pour valoriser la musique du monde

Il fonde Real World studios pour constituer l’enregistrement et la diffusion des musiciens du monde.

Il participe à « The Next Big Thing » concours du BBC World Service

D’une oeuvre à l’autre, l’enjeu de la rencontre  constitue une caresse ( cf Lévinas), touchant mutuellement au corps des idées , tout en se confrontant à l’irréductibilité de la différence. Un dialogue s’ établit entre les enjeux esthétiques pour résoudre l’impossible distance des êtres par ce qui  les joint, corps et âme dans le respect de chacun.

Être ensemble en joignant nos différences de parcours, d’ histoire, de cultures, de regards , de goûts, de couleurs ouvre le possible d’un monde rendu essentiel par la réunion des multiples dans l’union d’une oeuvre. Par l’esthétique, s’ effacent les différences pour laisser place à la composition harmonique d’un dialogue, où les voies s’écoutent sans se couvrir dans la mélodie.

C’est ainsi que les spectateurs sont confrontés à la performance d’artistes d’horizons différents mettant en symbioses leurs perspectives dans une production à cœur ouvert, favorisant les échanges dans une création d’art total à la croisée des regards. Dés lors, l ’oeuvre engage les Hommes dans une prise de position d’ idées à artefacts, objet de la rencontre (au sens de Deleuze) entre les modalités d’expression d’un rapport au monde dont les oeuvres permettent le dialogue qui favorise l’émergence de la nouveauté.

Rencontres, enjeux politiques

En 1992, avec Michel Posner, Peter Gabriel fonde WITNESS une fondation qui défend les droits de l’homme. En 20017, il fonde avec Richard Bronson THE ELDERS avec l’appui de Nelson Mandela recoupant des figures politiques afin de favoriser la paix.

Games Without Frontiers 1980 : inspiré de jeux sans frontières, la chanson est une mise en garde vis-à-vis des enjeux diplomatiques quant aux conflits mondiaux.

Don’t Give Up, 1986 chanté avec Kate Bush  constitue une critique de la politique de Margaret Tatcher qui a conduit l’Angleterre sur le chemin d’une austérité incompatible avec l’humanité dans le corps social.

La démarche s’inspire des photographies de Dorothéa Lange prises pour la FSA lors de la Grande Dépression des années 1930 en Amérique.

Biko 1979.  Peter Gabriel rend homage à Steven Biko, étudiant à l’université de médecine et Militant noir d’Afrique du Sud  contre l’apartheid. Il fut assassiné le 12 septembre 1977.

Steven Biko fut inspiré d’Aimé Césaire et Léopold Sédar Senghor, attentif à la pensée de Gandhi et Martin Luther King. Il pratiquait la non violence.

Steven Biko est arrêté le 18 août 1977, emmené et torturé à Port Élisabeth, Pretoria, Transvaal.  Le 12 septembre 1977, il meurt en détention. Le prêche, lors de ses funérailles est dit par Desmond TUTU.

  • Peter Gabriel Johnny Clegg

 

Asimbonanga chanté a deux voies  

Nous ne l’avons pas vu
Nous n’avons pas vu Mandela
A l’endroit où il est
A l’endroit où on le retient prisonnier
Oh, la mer est froide et le ciel est gris
Regarde de l’autre coté de l’Ile dans la Baie
Nous sommes tous des îles jusqu’à ce qu’arrive le jour
Où nous traverserons la mer de flammes
Nous ne l’avons pas vu
Nous n’avons pas vu Mandela
A l’endroit où il est
A l’endroit où on le retient prisonnier
Un goéland s’envole de l’autre coté de la mer
Je rêve que se taise le silence
Qui a les mots pour faire tomber la distance
Entre toi et moi ?
Nous ne l’avons pas vu
Nous n’avons pas vu Mandela
A l’endroit où il est
A l’endroit où on le retient prisonnier
Steve Biko , Victoria Mxenge , Neil Aggett
Nous ne l’avons pas vu(e)
Nous n’avons pas vu notre frère (Nous n’avons pas vu notre soeur)
A l’endroit où il (elle) est
A l’endroit où il (elle) est mort(e)
Hé, toi ! Hé toi !
Hé toi, et toi aussi !
Quand arriverons nous à destination ?
Nous ne l’avons pas vu
Nous n’avons pas vu Mandela
A l’endroit où il est
A l’endroit où on le retient prisonnier

Asimbonanga, Johnny Clegg

Réunion des voies s’étant levées contre apartheid autour du révélateur de son oppression par Biko. écrit, chanté et enregistré par peter Gabriel en 1979.

Cité en 1986 dans Asimbonanga dédié à Nelson Mandela .

Peter Gabriel Papa Wemba

De son vrai nom Jules Shungu Wembadio Pene Kikumba, Papa Wemba est un représentant de la rumba rock Congolaise.

  • Peter Gabriel décrit Papa Wemba comme:

un talent extraordinaire – la musique coulait de lui sans effort et il pouvait faire vibrer les gens avec l’une des voix les plus belles et les plus émouvantes que j’ai jamais entendues. Sa musique était pleine de rythmes doux et de joie, mais la passion venait de la puissance de son chant, qui portait toujours une tristesse, surtout dans sa voix aiguë, que j’ai trouvée vraiment émouvante. Je me souviens d’avoir parlé à Chris Blackwell de toutes les grandes voix de l’Afrique et il m’a dit que Wemba était la plus grande de toutes… Je me sens très privilégié de l’avoir connu et d’avoir eu la chance d’écrire, d’enregistrer et de tourner avec l’un des plus grands chanteurs et musiciens du monde.

Secret World

Tournée scénographiée dans une mise en scène de Robert Lepage, réalisant un fil conducteur inspiré du cinéma avec ses fondus au noirs, ses ellipses, et montages successifs sans transitions, intégrant les chansons individuellement dans un tout multiple.

La scène,  plate et circulaire à l’image d’une représentation ancienne de la terre, constitue le territoire d’apparition de l’ oeuvre produite par un équipage de musiciens pris dans la tempête  des spectateurs amassés dans une foule compact .

C’est sans cet espace clos par les limites structurelles, que se constitue l’ensemble des devenirs, objets de la métaphore musicale. L’interaction entre les Hommes au profit de la création reflète la prise en compte des enjeux sociaux politiques et la volonté d’ exemplifier sur la scène des possibles, l’union des différences par l’accord des sensibilités.

La scène permet la théâtralisation de la performance qui joint «l’art plastique, l’apollinien, et l’art non-plastique de la musique, celui de Dionysos»  dans la confrontation des regards révélant la valeur créatrice du croisement des différences dans la communion des êtres à l’ oeuvre.

Nous empruntons ces termes aux Grecs, lesquels ont déposé, pour qui les comprend, la profonde et secrète doctrine de leur vision esthétique non pas dans des concepts mais dans les figures précises de leurs dieux. À travers leurs deux divinités de l’art, Apollon et Dionysos, nous comprenons que, dans le monde grec, il existe une violente opposition, non seulement sous le rapport de l’origine mais aussi sous celui de la fin, entre l’art du sculpteur, art apollinien, et l’art non sculptural de la musique, qui appartient à Dionysos. Ces deux inspirations si différentes suivent un chemin parallèle; le plus souvent en conflit ouvert, elles se provoquent mutuellement à des productions toujours plus vigoureuses pour y perpétuer le conflit de leur opposition (que le terme commun d’art ne recouvre qu’en apparence), jusqu’à ce qu’enfin, par un miracle métaphysique de la «volonté» hellène, ils apparaissent unis et engendrent dans cette conjonction l’oeuvre d’art à la fois dionysiaque et apollinienne: la tragédie attique.»

Friedrich Nietzsche, la Naissance de la tragédie, trad. Cornélius Heim, Paris, Gonthier, Médiations, p. 17 à 22.

Shaking the Tree, 1990 Peter Gabriel arrive au milieu de la scène portant haut horizontalement un baton qu’ il plante à la vertical au milieu de celle ci. Le chant se développe soutenu par la circularité du déplacement des chanteurs musiciens, réunis dans un même mouvement. Le baton se transforme en arbre, l’inerte prend vie au milieu de cette danse rituelle, rappelant les scènes de trances autour du feu. L’animation de l’arbre donne la liberté à la Femme de goûter au fruit de la connaissance ainsi le mythe fondateur sur un pied d’égalité.

[…]

Il n’y a rien à gagner quand il n’y a rien à perdre

Il n’y a rien à gagner si tu restes en arrière et mesures le coût

Prends la décision d’être qui tu peux être

Tu peux être

En dégustant le fruit qui vient de l’arbre de la liberté

C’est ton jour – le jour d’une femme

C’est ton jour – le jour d’une femme

Changer ta façon de faire, changer ce qui t’entoure

Changer tes habitudes, plus que n’importe quel homme peut le faire

Ouvre ton cœur, montre-lui la colère et la douleur, ainsi tu guéris

Peut-être qu’il cherche son côté féminin, laisse-le ressentir Tu dois être si forte

Et tu ne fais rien de mal

Vraiment rien de mal

Nous allons démolir ça

Nous devons dépoussiérer ça

Le changer un peu partout

Si on avait su, si seulement on avait su, nous secouons l’arbre

[…]

Sledgehammer 1986, La prise de vue déforme, déstructure, le visage à la manière des portraits de Francis Bacon dématérialisant l’espace Lévinassien de l’échange, non comme métaphore de alcoolisme comme le suggérerait  Didier Anzieux, mais vers un corps sans organes réceptacle des expressions de puissances.

Parallèlement au dialogue des voies s’exprime celui des gestuelles, où les corps répondent les uns aux autres dans une danse révélant l’expression des êtres.

Concluons avec Peter Gabriel et Johnny Clegg :

Image à dessein

“Encerclement”

Xavier-Aurélien Racine 01/02/2022

[…] je trouve cela abominable parce que n’importe qui est à la merci de la délation d’un pauvre type. […] C’est une chose insupportable qui se passe qui est du même type.. C’est pas du tout – Je dirais pour employer les termes juste de gauche et droite – c’est pas du tout de la même manière que la gauche dénonce des scandales ou que la droite dénonce des scandales ou de pseudo scandales, il y a des opérations de la droite qui remontent déjà bien avant guerre, qui généralement consistent à déshonorer les gens ; c’est très très curieux çà, c’est des opérations que j’arrive pas à analyser… comment ils font des espèces d’encerclement où ils lancent un truc, sans aucune preuve puis ça marche, finalement ça marche. Il y a une opération là, très curieuse. je dis ça parce que c’est une chose qui doit être présente à notre esprit tant que cette affaire ne sera pas reglée. Mais j’insiste sur l’importance dès maintenant, que l’on soit tous préts à faire vraiment un grand mouvement […]

1982, Gilles Deleuze

Image à dessein

“Je cesserai de me soucier de mes origines juives le jour où disparaitra le dernier antisémite” Raymond Aron

J.C.: «Vous avez dit à l’instant, Raymond Aron, que vous étiez Juif, j’ai retrouvé une phrase de vous, vous disiez «je cesserai de me soucier de mes origines juives le jour ou disparaitra le dernier antisémite».

R. A. «Oui, je pense en effet, j’étais parfaitement à mes origines juives parce que mes parents, déjà n’étaient plus pratiquants ni religieux. Je crois n’être jamais allé au Temple, peut-être une fois ou deux pendant toute ma jeunesse et seuls quelques cris de camarades de “sale juif” et qui ne me touchaient pas, je n’avais réellement pris conscience de ma judéité, comme on dit aujourd’hui, et le choc pour moi, l’expérience profonde, ça a été l’Allemagne et l’Allemagne hitlérienne et depuis que j’ai été en Allemagne pour la première fois en 1930.

JC : A Cologne.

RA : A Cologne, comme lecteur à l’Université de Cologne et le mouvement hitlérien en septembre 1930 a eu son premier grand succès, 107 députés élus au Reichstag. Et alors, l’antisémitisme hitlérien m’a fait prendre conscience de mon judaïsme, ou de ma judéité en ce sens qu’à partir de ce moment là, j’ai tenu à l’affirmer avec, non pas de manière agressive, mais j’ai eu peur de donner aux autres le sentiment que je dissimulais ma judéité.

JC Est-ce que l’on pourrait dire que c’était un autre aspect du racisme.

RA: Chez moi, non ! Non parce que j’ai horreur de fuir mon destin, j’ai horreur de fuir les charges que la vie telle qu’elle est peut m’imposer, j’ai connu un certain nombre de malheurs privés dont je ne veux pas parler qui m’ont marqués profondément et le fait que je sois juif n’est pour moi, j’ ai écris, ni une raison de fuite, ni un motif d’humiliation. Être Juif, c’est être ceci, comme l’on pourrait être autre chose, mais à partir du moment où il y a eu des millions d’êtres qui ont péri parce qu’ils étaient Juifs, à partir du moment où le terme est considéré comme infamant par une partie de la population, je ne veux pas fuir ceux qui sont mes coreligionnaires que je le veuille ou non. Je dis toujours «coreligionnaires» parce que je ne suis pas croyant, je ne suis pas religieux et qu’il y a quelque chose d’artificiel à dire que je suis coreligionnaire alors que je n’appartiens pas à cette religion. Mais peu importe, je ne sais pas comment dire, d’une certaine manière, je ne voudrais pas rougir si je me retrouvais devant mon grand père qui était la première génération sortie du ghetto. Je ne veux pas fuir cela, je ne veux pas fuir mes ancêtres, c’est tout.

Raymond Aron