Images à dessein

Conscience aiguë de la souffrance de notre monde

Xavier-Aurélien Racine 19/01/2022

Tous ceux qui ont connu Mahler se rappeleront combien son expression passait souvent brusquement de la gaieté à la morosité, comme s’il se reprochait soudain d’avoir étourdiment oublié quelque chagrin. Je ne sus tout d’abord discerner quelle était la source de ses accès de dépression qui, sans jamais cesser totalement devinrent cependant moins fréquents au cours des dernières années de sa vie ; puis je finis par comprendre qu’une conscience aiguë de la souffrance de notre monde montait en vagues glaciales du plus profond de lui-même et s’emparait de son esprit.

Bruno Walter 15 Septembre 1876 – 17 Février 1962

Images à dessein

COMPLAINTE DU LÉZARD AMOUREUX

Xavier-Aurélien Racine

N’egraine pas le tournesol,
Tes cyprès auraient de la peine,
Chardonneret, reprends ton vol
Et reviens à ton nid de laine.

Tu n’es pas un caillou du ciel
Pour que le vent te tienne quitte.
Oiseau rural ; l’arc-en-ciel
S’unifie dans la marguerite.

L’homme fusille, cache-toi;
Le tournesol est son complice.
Seules les herbes sont pour toi,
Les herbes des champs qui se plissent.

Le serpent ne te connaît pas.
Et la sauterelle est bougonne;
La taupe, elle, n’y voit pas;
Le papillon ne hait personne.

Il est midi, chardonneret.

Attarde-toi, va, sans danger :
L’homme est rentré dans sa famille!

L’écho de ce pays est sûr.
J’observe, je suis bon prophète;
Je vois tout de mon petit mur,
Même tituber la chouette.

Qui, mieux qu’un lézard amoureux,
Peut dire les secrets terrestres? Ô léger gentil roi des cieux.
Que n’as-tu ton nid dans ma pierre!

COMPLAINTE DU LÉZARD AMOUREUX René Char

Images à dessein

Un autre paysage

Xavier-Aurélien Racine, 04/01/2022

Nous avons eu vingt ans en 1945, qui marque la fin de la guerre et la fin d’une époque en même temps, la fin d’une lute contre un régime qui était oppressant. […] nous ne voulions pas des compromis qui avaient taché la génération précédente, compromis qui étaient des compromis de nécessité […] de convention […] de facilité, mais pour nous ce qui était important c’était d’établir un nouveau langage en partant des gens que nous avions choisis […]  Nous ne voulions pas nous accommoder de la réalité, et en cela il y avait non seulement des français comme moi, mais il y avait aussi toute une assemblée de jeunes européens, et nous avons été en fait […] les réels premiers européens […] il y avait un désir de connaître l’autre, de connaître l’étranger, de connaître aussi celui qui travaillait dans un autre périple, dans un autre paysage mais de la même façon […] c’était une rencontre d’esprit libre qui voulait restez libre à l’intérieur du panorama européen, et donc pour être libre, il y avait une nécessité de regarder la réalité en face et de refuser cette réalité provisoire pour une réalité profonde et qui changeait le visage de la musique. Voila ce que je peut dire comme origine de cette révolution […].

Pierre Boulez