Images à dessein

Xavier-Aurélien Racine

Il faut avoir vis-à-vis de l’oeuvre que l’on écoute, que l’on interprète ou que l’on compose, un respect profond devant l’existence même. Comme si c’était une question de vie ou de mort.

Pierre Boulez

Images à dessein

Devenir peintre

André Malraux, que je ne porte pourtant pas dans mon coeur, a dit très justement que l’on devient peintre non pas en regardant un paysage mais en regardant un tableau. C’est exactement la même chose en musique : vous devenez musicien en écoutant de la musique. Dès lors, vous serez toujours dépendant d’une certaine tradition historique, et vous vous insérerez dans une culture qui vous a nourri. Par la suite, soit vous saurez extrapoler, soit vous ne ferez que reproduire ce que vous avez déjà entendu.

Entretiens avec Michel Archimbaud de Pierre Boulez

Images à dessein

Le constructeur

Il y a des formes qui appartiennent en commun à toutes les activités d’ énonciations, et les analyses de Pierres Boulez, […], j’en ai eu le sentiment constant, […] amorçaient sans cesse la découverte et l’exploitation possibles de ces formes générales extensives à la musique, au texte, à la peinture et au geste. […]  je le dirai […] en ce qui me concerne […], il s agit pour moi de la possibilité excitante […] de rêver mais de bien rêver une sorte d’organone de la modernité.

Cependant, c’est mon second point, ce sera très bref, […]. Que l’analyse soit une opération purement cérébrale, il faut le rappeler, c’est là une vue purement mythique, issue très précisément de ce vieux mythe français  qui oppose la «tête» et le «cœur» ou si ont veut renouveler le cœur ont dit l’essence.

Roland Barthes

Images à dessein

Pierre Boulez, l’écran traversé

Xavier-Aurélien Racine

Le rapport de Boulez à l’histoire – je veux dire à l’histoire de sa propre pratique – était intense et batailleur ; pour beaucoup – et j’étais de ceux-là -, il est resté longtemps, je crois, énigmatique. Boulez détestait l’attitude qui choisit dans le passé un module fixe et cherche à la faire varier à travers la musique actuelle : attitude « classiciste », comme il disait ; il détestait tout autant l’attitude « archaïsante » qui prend la musique actuelle comme repère et tâche d’y greffer la jeunesse artificielle d’éléments passés. Je crois que son objectif, dans cette attention à l’histoire, c’était de faire en sorte que rien n’y demeure fixe, ni le présent ni le passé. Il les voulait tous deux en perpétuel mouvement l’un par rapport à l’autre ; quand il s’approchait au plus près d’une oeuvre donnée, retrouvant son principe dynamique à partir de sa décomposition aussi ténue que possible, il ne cherchait pas à en constituer un monument ; il essayait de la traverser, de « passer au travers », de la défaire dans un geste tel qu’il puisse faire bouger jusqu’au présent lui-même. « La crever comme un écran », aime-t-il à dire maintenant, en pensant, comme dans Les Paravents , au geste qui détruit, par lequel on meurt soi-même et qui permet de passer de l’autre côté de la mort.

Michel Foucault
Pierre Boulez, l’écran traversé
Dits Ecrits tome IV texte n°305