TRISTAN CORBIERE


La gravure de Tristan Corbière fait paraître nombre des enjeux constitutifs de la production esthétique contemporaine. Même si la spontanéité de sa réalisation suggère l’ébauche d’une production plus conséquente, elle pose un certain nombre de problèmes esthétiques qui révèlent l’ancrage contemporain de l’objet dans les renouvellements contemporains. En voyant cette image, il est impossible d’ignorer l’engouement contemporain pour la spontanéité de l’action créative comme source de l’esthétique. Cette image, réalisée par un amateur en art désireux de constituer un recueil constitutif d’un art total agençant la peinture, la gravure et les textes poétiques, donne à circonscrire le lieu d’une pensée.

A première abord, l’image parait confuse. Les traits semblent jetés brutalement sur le support, sans hiérarchisation de valeurs aboutissant à un papillotement dans la perception de l’image. Cette gravure ne tient pas compte des codes constitutifs de l’organisation des hachures croisées et contre-croisées, mêlant les lignes dans un flux déterminé par la rapidité d’exécution, elle révèle les nouveaux problèmes de la production artistique. Pour mieux en saisir les enjeux il faut se remémorer Honoré de Balzac dans Le Chef d’œuvre inconnu où parait le problème de l’apparition de l’image:

En s’approchant, ils aperçurent dans un coin de la toile le bout d’un pied nu qui sortait de ce chaos de couleurs, de tons, de nuances indécises, espèce de brouillard sans forme ; mais un pied délicieux, un pied vivant ! Ils restèrent pétrifiés d’admiration devant ce fragment échappé à une incroyable, à une lente et progressive destruction. Ce pied apparaissait là comme le torse de quelque Vénus en marbre de Paros qui surgirait parmi les décombres d’une ville incendiée. – Il y a une femme là-dessous, s’écria Porbus en faisant remarquer à Poussin les diverses superpositions de couleurs dont le vieux peintre avait successivement chargé toutes les parties de cette figure en voulant la perfectionner.

 Une figure parait, l’agglomération de la matière devenant la pierre d’achoppement de l’image naissante. Le spectateur se trouve contraint de recomposer l’ensemble de l’image à partir du détail, propice à une véritable enquête littéraire. La gravure de Tristan Corbière répond des même modalités. Si le pinceau du peintre est remplacé par la pointe seiche du graveur, celle-ci est utilisée pour brosser à grands coups, l’image donnée à décrypter. Le dessin du poète s’exprime dans une frontière entre la peinture et la gravure par la construction d’une image limite. Corbière comme Pierre Bonnard, brosse vigoureusement l’image, transcrivant une représentation mentalisée sur le support. Dessinateurs, ils perçoivent et transcrivent en peintre. Cette gravure, dont le style bouscule les règles et les principes de l’eau forte, davantage guidée par la patience et la maîtrise, constitue une étrange synthèse de réalités pratiques, idéologiques, hétéroclites, pour lesquelles on peut regretter le manque de maîtrise, qui aurait donné à ce poète aquarelliste une plus grande valeur. L’utilisation de la gravure qui est un enjeu considérable dans l’élaboration du corpus poétique, est définie par Schopenhauer dans l’ Esthétique et métaphysique du beau où il est écrit « Les eaux-fortes et les gravures noires révèlent un goût plus pur et plus élevé que les dessins en couleurs et les aquarelles qui plaisent au contraire davantage aux gens moins cultivés. La raison en est évidemment que les représentations en noir donnent la forme seule, en quelque sorte in abstracto; or, la conception de celle-ci, nous le savons, est intellectuelle, c’est-à-dire une chose de l’intelligence intuitive. La couleur, au contraire, est uniquement une perception de l’organe sensoriel, et, en outre, d’un arrangement tout spécial de celui-ci (divisibilité qualitative de l’activité de la rétine).» Si le poète se fait graveur, c’est pour mieux en contredire le principe structurel qui voudrait qu’il cherche à nous séduire. Plus intellectuel que sensible, s’adressant d’avantage à l’esprit qu’à l’émotion.

Xavier-Aurélien RACINE

Les amours jaunes par Jean Moulin

Comment ne pas être émus par les traits noirs résultant de l’encre laissée dans les sillons du cuivre gravé à la pointe seiche par Jean Moulin, constituant un lien visuel similaire à celui auditif permis par l’aiguille du lecteur vinyle. La gravure révèle une présence, celle de l’artiste affairé à sa production, visuelle ou sonore.

Destins croisés que ceux de Tristant Corbière, poète maudit  et Jean Moulin, que la résistance à l’occupation a contraint à un destin tragique.  

Apollon en scaphandre intergalactique

Apollon parce que c’est l’apollinien dans ce qu’il a de contradictoire avec le dyonisiaque.

En Scaphandre Intergalactique car l’avenir de ces modalités artistiques sont modifiées dans une déterritorialisation des enjeux poussés à leur paroxysme.

De l’esthétique à ces matérialisations, c’est la mutation des modalités d’art qui font l’objet de la réflexion de ce carnet constituant un Atlas thématique.