Thése

Graveurs, peintres et photographes, la nature des renouvellements pratiques et esthétiques dans la production d’œuvres allant du XIXème au XXIème siècle,

Pour définir les problématiques liées à mes recherches, mon travail s’interroge sur les points d’achoppements entre les médiums, leurs évolutions dans et part l’histoire, et les conséquences dans le renouvellement des techniques et ce qu’elles imposent aux pratiques. Ainsi : En quoi la transdisciplinarité est-elle la source de propositions nouvelles ? Comment un médium artistique se nourrit-il des caractéristiques d’un autre médium d’expression visuelle ? Quelle cohésion cette appropriation trouve-t-elle dans le médium hôte ? Le « style » suffit il à définir ces points d’achoppements? Quels sont les moteurs de ces renouvellements? Historiques, sociaux, mécaniques, culturels, scientifiques ? Si l’on peut dire que la photographie existe sous forme potentielle depuis l’antiquité, (existence de miroirs concaves, connaissance du principe de la caméra obscura, utilisation du bitume de judée pour sa solidification au soleil (protéger les coques des bateaux) ; comment expliquer son apparition si tardive? Quels liens interagissent entre peintres, photographes et graveurs? Existe-t-il un médium hermétique à toute influence principale, ou s’agit-il de choix d’artistes? La culture, prise dans une histoire, définit elle la production possible? Le renouvellement contemporain des pratiques suffit-il à définir les auteurs comme graveurs peintres ou photographes? Le dessin n’existe-t-il qu’au service des autres moyens de productions. Les problématiques citées, révèlent les questionnements qui sous-tendent le développement de ma réflexion. La pratique plastique d’artistes contemporains se trouve au confluent de plusieurs démarches qui renouvellent les manières d’aborder l’image et sa surface matérielle. Graveurs, peintres et photographes ont une actualité contemporaine définie par des manières d’aborder leurs productions que l’on pourrait qualifier de transversale, constituant ainsi leur style caractéristique. Par style, j’entends définir ce qui sous tend la constitution de leurs images non réductibles à la trame expressive d’un médium permettant la matérialisation d’une image mentale. Les graveurs visionnaires, qualifiés comme tels par Michel Random, sont pour la plupart peintres-graveurs, reprenant la dénomination traditionnelle de l’association de l’eau forte avec celle de la peinture. Cependant, Philippe Mohlitz, graveur buriniste, associe à son travail sur le cuivre un intérêt pour l’image photographique, capture instantanée dont on trouve échos dans l’image qu’il produit. Image aussi qui peut être mouvement, traduite par les cadrages choisis, pouvant couper une partie de l’espace narratif narratif, élargissant le cadre au hors-champ, d’une poétique visuelle. Des peintres, notamment Gerardt Richter, engagent leurs productions dans une mise en dialogue avec la photographie. Contrairement à Philippe Mohlitz qui s’intéresse principalement t au cadrage en raison de la technique employée, Richter développe toute une production autour du flou naturel définissant la photographie comme œuvre, démarche caractéristique des Pictorialistes. Ce renversement structurel des rapports transversaux structurant l’image apporte un style caractéristique à un artiste. Nul besoin de flou pour affirmer l’art de la peinture contrairement à celui des origines de la photographie. Alors ce qui définit la démarche de Richter questionne à la fois la peinture, ses possibilités ainsi que les conséquences sur l’image d’une production devenue presque minimaliste quant aux possibilités offertes par la peinture à l’huile. Des photographes, tels Joel-Peter Witkin ont une production esthétique qui ne peut être pleinement réduite à un médium d’expression. Tout comme Mohlitz et Richter il s’agit de voir quelle part de son travail entre en résonnance dans un champ de production concurrent. Les images de Witkin, si elles prennent pour fond la photographie, c’est un peu comme Arnulf Rainer peut s’intéresser à l’image, comme base de recherche pour sa production. En effet le travail de Witkin s’apparente sous bien des aspects à celui des peintres poussés à la gravure par l’invention, sommes toutes, restée peu valorisée du « cliché verre », qui consistait à graver un négatif préalablement insolé et développé. Si le support était celui d’une photographie, la méthode est celle d’une production photographique révélée par la gravure, grattant et retirant delà matière non pour ici former l’image, mais pour en faire transparaitre les zones importantes. L’image se révèle dans cette ambigüité caractéristique de l’association structurelle de l’image. Si la technique influe sur le style d’image produit par l’auteur, il en est également de même quant aux références induites par une culture associe à l’histoire des arts. Jeff Wall développe ses recherches plastiques autour de la reprise de peintures essentielles de l’histoire de l’art. Prenons comme exemple The destroyed room dont la structure reprend celle de la Mort de Sardanapale de Delacroix. Mohlitz développe également une production qui Interagit avec l’histoire de l’art et celle du cinéma. Une gravure intitulée « Ça s’est passé chez l’antiquaire » entre en résonnance avec « la Vierge du chancelier Rollin » de Van Heyck. Il en est également de même d’une gravure comme « l’Atelier » qui entre doublement en résonnance avec image de Vermer Intitulée « l’atelier » ainsi que celle de Velasquez intitulé « Les Ménines ». Witkin, également passionné de peinture développe également les liens associant des diverses méthodes de production.

http://www.theses.fr/s198886