RWANDA

La représentation de la violence exprimant les génocides et leurs conséquences pose le problème de ce que le corps de l’image peut présenter, que la représentation peut supporter. Le spectateur doit être pris au piège d’une esthétique rendant le discours visible sans en amoindrir le contenu. Cette tension constitue un équilibre entre «ça a été» et il y a eut ça qui a été. De la représentation à la mise à distance, c’est le discours laissant place à une histoire qui ouvre l’Homme à son devenir dans la société.

Notion de race pure affirmée, supériorité d’une ethnie sur une autre (Tutsis sur Hutus ou Twas affirmée par les colons, pourvoir laissé aux Hutus lors de la décolonisation) discours, décrets, stigmatisations  des Tutsis (ethnie indiquée sur pièce d’identité). Le génocide s’organise autour de tests, tels les assassinats, les tueries, les tentatives de génocides (Rwanda en 1990-1991- 1992-1993), non sanctionnées qui au final s’organisent en nettoyages ethniques d’envergure.

Le génocide est planifié par étape, et testé sur des échantillons. Il s’organise aussi par la radio, celle de Radio Mille Collines qui a permis aux animateurs : Simon Bikindi et Kantano Habimana d’appeler à la destruction des Tutsis au moyen de sketches et de chansons. 

Les sens des mots est perverti, l’extermination est un « travail » ceux qui se montrent dignes en aidant et protégeant deviennent des « traitres », l’homme est déshumanisé, il est qualifié de « cafard » à éliminer, il est dépossédé de ses biens, mis à mort sans jugement, il ne peut d’ailleurs pas y en avoir puisqu’il n’est pas coupable.

Les violences intolérables toujours renouvelées, le nombre exponentiel d’images photographiques, télévisuelles, informatiques étant toujours plus largement diffusées, la question de la représentation se pose à nouveau, plus particulièrement celle du génocide du Rwanda dont la connaissance de la brutalité n’a pas connu de décalage dans le temps.

L’immédiateté de la prise de conscience du fait et la quantité d’images prises imposent la question de la présentation au monde de ce qu’il est possible de montrer. L’image, si elle révèle, ne suffit pas à démontrer.

Alfredo Jaar, construit des espaces qui servent à mettre en place la photographie dans un contexte de théâtralisation de dispositifs afin de transformer l’installation en un lieu de réflexion. Il réalise des installations monumentales, composées de panneaux lumineux, de salles de projection, d’affiches, d’accumulation de textes.

Sa démarche s’inscrit tout à fait dans le respect des personnes et leur dignité. Si désormais des lois protègent en occident les personnes photographiées à leur insu dont les images sont diffusées sans leur consentement, il en va différemment des pays du Sud où tout reste possible.

Alfredo JAAR a couvert la tragédie du Rwanda, il en a rapporté un nombre considérable  Architecte et plasticien, il a préféré mettre en œuvre ses compétences transversales pour réaliser des installations qui sont de véritables œuvres artistiques, Miseries of war ; disaster of war.

The eyes of Gutele Ementa  montre les yeux de celle qui a vu les massacres, ceux des siens, et dont Alfredo Jaar ne peut pas oublier l’expression. Une image grand format pour chaque œil, sous chacun un texte court marquant son vécu. Ces yeux exprimant un vécu tragique sont ceux aussi de victimes dont la description est donnée par le bourreau Pancrace dans le récit Une saison de machettes de Jean Hatzfeld « Je me souviens de la première personne qui m’a regardé, au moment du coup sanglant. Ça été grand-chose. Les yeux de celui qu’on tue sont immortels, s’ils vous font face au moment fatal. Ils ont une couleur noire terrible. … Les yeux du tué, pour le tueur, sont sa calamité s’il les regarde. Ils sont le blâme de celui qui tue   ».  Jean Hatzfeld, Une saison de machettes, p. 28, Seuil 2003

Pour Levinas, le visage c’est l’accès à l’autre. Dans les yeux j’ai à faire avec un autre moi-même. Il y a prise de conscience de l’autre, d’avoir à faire à un autre. 

Real Pictures : tombeaux d’images des milliers de photographies, photographies de victimes d’atrocités déposées dans ces tombeaux. Le respect est au rendez-vous, c’est ici que reposent désormais les traces de leur histoire tragique, celles de victimes de l’histoire…

Alfredo JAAR interpelle le spectateur, mais le dirige dans ses sentiments. Il le respecte également, ne le laissant pas être envahi par des sentiments bienveillants ou malveillants d’apitoiement, de sensiblerie ou de sadisme.

Dans les villes, aux abords des routes, des panneaux d’affichages où en toute lettre

RWANDA  est inscrit sur toute la hauteur de l’affiche, de manière répétitive, interpelle les passants sur l’actualité. Sur le principe, ce type d’affichage est destiné à la publicité dont la marque d’un produit destiné à la consommation de masse, mais non pas à l’actualité brûlante. Alfredo Jaar utilise le reflex consumériste pour interpeller. Une campagne d’affichage publicitaire se fait parfois en plusieurs temps. . Avec Alfredo Jaar, le spectateur attendra et verra à chaque passage la même affiche qui le contraindra à la curiosité ou à la lassitude, à questionner ou à être indifférent. Il s’agira alors de sa propre positon à adopter.

Justesse du mot utilisé par Jaar, RWANDA présenté de manière répétitive et en écho, renvoyant au mot « travail » dont l’appel au « travail » a été martelé par la Radio Télévision Libre des Mille Collines. Elle a donné des directives et a encouragé heure par heure les exactions à commettre à l’encontre des Tutsis, et des Hutus modérés considérés « traitres ».

Appel en boucle au meurtre, à la dénonciation, à déloger les Tutsis chez eux pour les tuer. Ici encore, Alfredo Jaar agit avec beaucoup de retenue et de décence. Il n’y a pas d’image choquante mais une interpellation à découvrir l’inqualifiable. Personne ne peut plus ignorer ce drame.

Pour Alfredo Jaar, il y a un moyen de dénoncer d’une autre manière ; passer par des moyens différents de la présence et du ça a été dont la caractéristique est d’imposer une image mentale indépendamment de toute image.

D’autres moyens de prise de position existent cependant. Jeff Wall, Demand, Alain Josseau, Alfredo Jaar, utilisent la photographie comme moyen de présentation d’événements ou des lieux situant les d’événements, mais indépendamment du contexte sociopolitique de la guerre. Il s’agit de reconstituer ou d’inventer un ça a été. Si la démarche peut paraître similaire à celle de la peinture, qui invente après une enquête une œuvre, il n’en n’est rien.,

 La démarche de d’Alfredo Jaar est également structurée par cette double tension. Il part d’images réelles de reportages mais la présentation ne s’effectue pas de manière classique par la publication dans les magazines. Alfredo Jaar travaille la mise en scène dans des boîtes. Il présente également des accumulations de diapositives sur des tables lumineuses où un même visage d’enfant est reproduit à l’infini et qui rentre le plus en décalage avec le rôle habituel et entendu du photographe de presse. Son travail sur le génocide du Rwanda. Pas d’images mais l’utilisation du lieu par excellence de la diffusion des images à vocation publicitaire, sur des sucettes sont mis en pages des mots Rwanda comme une série de termes abstraits dont l’importance est la répétition. Ce qui compte c’est la mise en contexte des textes à un moment précis. Celui du moment où ont eu lieu les exactions, appelant ainsi à prêter une attention à ce qui se passait, à se renseigner, à questionner cette actualité. Défaillance de l’image ? Peut-être, mais dénonciation, affirmation du problème. 

Pas d’images. Le texte présenté ainsi ne devient-il pas une image, dans laquelle on est appelé à lire l’essentiel du contenu indépendamment de la souffrance individuelle de chaque personne.

Pas d’images peut-être mais par la proximité temporelle du contexte, une image mentale violente et définie par l’idée que l’on peut se faire au XX° siècle de ce qu’est l’horreur de la violence humaine. Déchirement insupportable d’un monde dont finalement par la répétition on prend conscience de la vacuité et de la souffrance individuelle pour finir par ne garder que le cri répété, silencieux celui d’un mot, celui du déchirement renouvelé d’un pays : RWANDA

La tragédie se développe et le plasticien propose de nouvelles manières d’engager son propos dans une dénonciation de ce qui l’environne. La tentation d’une image positive permise par l’humanitaire est grande. Si aider une personne en difficulté est un principe moral indiscutable, cela ne doit pas se faire à n’importe quel prix. L’image retranscrite doit bien faire attention à la validité du propos ! Le contre-sens n’est pas permis.

RépondreTransférer