Image à dessein

Autour de la Nouvelle Calédonie

Xavier-Aurélien Racine, 08/06/2024

Didier Julia : « Si vous arriviez contre la constitution, contre la démocratie, à donner le pouvoir à une petite minorité appuyée sur des bandes armées, vous aurez découvert le National-Socialisme et cela nous ne l’accepterons pas ».
Louis Mermaz : « Ce n’est pas possible de laisser trainer des mots aussi sales On n’a pas le droit de déshonorer les gens, même avec des si. Je vous demande de retirer ces mots ».
Didier Julia : « M. le président, on n’a pas le droit de déshonorer la France, même avec des actes en Nouvelle -Calédonie ».
Louis Mermaz : « M. Julia, vous me faites vraiment pitié. Je m’excuse la séance est suspendue ».
[…]
Louis Mermaz : « Je stigmatise ces paroles-là, et d’exprimer ici, mes chers collègues une très profonde réprobation, M. le Premier Ministre » :
Laurent Fabius : « Mesdames et Messieurs, utiliser le mot d’Apartheid et le mot de Nazisme pour qualifier l’attitude de la majorité et du gouvernement est indigne. Je me permettrai de vous dire Mr Seguin, s’agissant du nazisme et de ses conséquences sur la vie des Hommes que dans ma famille, moi, je sais ce que cela veut dire ».

Nouvelle Calédonie, les accords de Matignon

Le vernis craquelle

Il est des agencements qui s’encrent dans des perspectives.

Encore étudiant j’encrais ma recherche plastique dans la confrontation à l’Horreur de la haine antisémite.

Les yeux grands ouvert face à face à la souffrance et la mort, traduisant « Un si fragile verni d’humanité » à travers l’expression d’une œuvre.

Du voir à sa représentation, c’est l’engagement de l’esprit pour donner corps à la transcription qui apparait dans le produit esthétique.

Trois années de recherches dans le cadre de l’Ecole Nationale des Beaux-arts de la Réunion sous la direction d’enseignants et d’intervenants ainsi que la prise en compte de l’enseignement de Michel Terestchenko m’ont fait aboutir cette proposition de D.N.A.P en 2008 sous l’intitulé « Un si fragile vernis d’Humanité »

Je suivais un double cursus aux beaux-arts ainsi qu’en philosophie par correspondance.

“En regardant au loin, en regardant dehors Votre chair était tendre à leurs chiens policiers On me dit à présent que ces mots n’ont plus cours Qu’il vaut mieux ne chanter que des chansons d’amour” – Apollon en scaphandre intergalactique (hypotheses.org)

Je ne reviens pas ici sur l’absence de prise en compte du dossier pédagogique, le non-respect des textes définissant les modalités d’examens ainsi que le caractère humiliant des remarques et des attitudes.

La démonstration à fait l’objet d’une fin de non-recevoir.

Trois années de recherches plongées dans les affres de l’Humanité confrontées à un refus d’écoute affirmé par le rejet du diplôme avec le qualificatif de Médiocre.

Salieri répond d’avance !

S’il n’avait s’agit de la souffrance d’Hommes, jeunes et vieux, ancrée dans l’histoire continuellement répétée de la destruction, j’aurais pu être humilié

Mon parcours au Beau Art s’est arrêté le 25 juin 2008.

Ny ne figure pas la question qui avait été posée par les membres du jury Christophe Robe, Marianne Le Pommeré et Adriano Micconi à savoir si j’étais personnellement concerné.

N’est-ce pas le propre de l’empathie ?

Seize années me séparent de ce papier et aujourd’hui sont inscrits sur les murs, au même lieu qu’un panneau publicitaire, à proximité d’une quatre voies, rappelant Rwanda de Alfredo Jaar, des appels à la haine ainsi qu’aux meurtres de la commutée Juive.

RWANDA – Apollon en scaphandre intergalactique (hypotheses.org)

Seize années d’un travail de mise en garde, perdues, véritables garde-fous d’une société dont les repères s’effacent, sont détruits, brisés faisant place au renouvellement d’une haine dont Visconti nous a rappelé qu’elle concerne tout le monde dans les conséquences d’une perte d’Humanité.

Image à dessein

Le témoignage menteur

Xavier-Aurélien Racine, 31/05/2024

La main touchait une surface plane; et l’oeil, toujours séduit, voyait un relief. En sorte qu’on aurait pu demander au philosophe lequel des deux sens dont les témoignages se contredisent était un menteur.

Denis Diderot

Image à dessein

Les lunettes selon Denis Diderot

Xavier-Aurélien Racine, 24/05/2024

Les poètes, prophètes et presbytes sont sujets à voir les mouches comme des éléphants ; les philosophes myopes à réduire les éléphants à des mouches. La poésie et la philosophie sont les deux bouts de la lunette

Denis Diderot

C’est ça aussi

Une fine cicatrice balaie la paume de ma main gauche.  

Discrète, elle me revient en mémoire par la douleur fantôme que parfois elle révèle.

Elle est le pacte qui me lie à mon histoire, celle d’homme pris dans la diversité et le respect.

Encore sur le banc de l’école, c’est en taillant une flèche faitière que la lame du ciseau à échappé à ma maitrise liant le symbole à l’être.

Totem et tabou lient cette terre Kanak.

De la perception d’usurpation au sentiment de spoliation provoquant l’expression de la colère, c’est un monde où les perspectives s’inversent.

Image à dessein

La lumière

Xavier-Aurélien Racine, 18/05/2024

Il ne faut cesser de s’enfoncer dans la nuit c’est alors que brusquement la lumière se fait

Francis Ponge

Image à dessein

Effet de faux consensus

Xavier-Aurélien, Racine, 05/05/2024

Effet de faux consensus

Lee Ross

Image à dessein

Le septuor de Proust

Xavier-Aurélien Racine, 27/04/2024

Antoine Compagnon : Et l’analyse de la transformation de la sonate au septuor, à la recherche d’une forme plus complexe
Pierre Boulez : Même chose
Antoine Compagnon : vous n’y croyez pas non plus,
Pierre Boulez : il a dû entendre le septuor de Saint Sens, qui était très populaire à l’époque, et ça lui a donné l’ingéniosité, peut-être le chiffre, septuor, l’a attiré, parce que sept est un nombre impair qui approche de la perfection, du huit. Non je pense qu’il n’y a pas de différences du tout. Quand il dit qu’il y aura plus d’instruments, donc il y aura plus de couleurs. Très bien, mais on peut le savoir sans poser ni sept ni trois, ni un. Non, je ne suis pas du tout convaincu par ça. Par ce que quand il a parlé de musique, il faut qu’il parle de la musique, et lui-même était un musicien amateur, bien écoutez, pour confondre Reynaldo Hahn avec Debussy, quand même !
Antoine Compagnon : c’est ça aussi, vous parlez de son mauvais goût, il y a le mauvais goût de Proust.
Pierre Boulez : Ce n’est pas du mauvais goût, vous ne pouvez pas ajouter trois fraises à une pomme, il n’y a rien à faire, ça ne fait pas quatre.

Lire et relire Proust – Antoine Compagnon (2012-2013)

Image à dessein

La fosse aux bêtes

Xavier-Aurélien, Racine, 20/04/2024

Attendez-vous à tout, vous qui êtes proscrit. On vous jette au loin, mais on ne vous lâche pas. Le proscripteur est curieux et son regard se multiplie sur vous. Il vous fait des visites ingénieuses et variées. Un respectable pasteur protestant s’assied à votre foyer, ce protestantisme émarge à la caisse Tronsin-Dumersan ; un prince étranger qui baragouine se présente, c’est Vidocq qui vient vous voir ; est-ce un vrai prince ? oui ; il est de sang royal, et aussi de la police ; un professeur gravement doctrinaire s’introduit chez vous, vous le surprenez lisant vos papiers. Tout est permis contre vous ; vous êtes hors la loi, c’est-à-dire hors l’équité, hors la raison, hors le respect, hors la vraisemblance ; on se dira autorisé par vous à publier vos conversations, et l’on aura soin qu’elles soient stupides ; on vous attribuera des paroles que vous n’avez pas dites, des lettres que vous n’avez pas écrites, des actions que vous n’avez pas faites. On vous approche pour mieux choisir la place où l’on vous poignardera ; l’exil est à claire-voie ; on y regarde comme dans une fosse aux bêtes ; vous êtes isolé, et guetté.

Actes et paroles/Pendant l’exil, Victor Hugo

Image à dessein

Les Travailleurs de la mer

Xavier-Aurélien, Racine, 13/04/2024

Je dédie ce livre au rocher d’hospitalité et de liberté, à ce coin de vieille terre normande où vit le noble petit peuple de la mer, à l’île de Guernesey, sévère et douce, mon asile actuel, mon tombeau probable.

Les Travailleurs de la mer, Victor Hugo

Image à dessein

Les lunettes de Henri Bergson

Xavier-Aurélien, Racine, 06/04/2024

Supposons par exemple que je regarde un paysage a travers des lunettes colorées en bleu. Tous les objets me paraitront colorés en bleu et c’est aux objets même que cette coloration me semblera appartenir, et si je ne réfléchissais pas que je porte des lunettes bleues je dirais que cette couleur appartient aux objets eux-mêmes.
Et pourtant elle n’appartient qu’a mes lunettes. — De même nous apercevons les choses matérielles ou immatérielles a travers ce prisme qu’on appelle l’intelligence.
….notre intelligence altère et déforme bien des choses en les considérant.

Henri Bergson, Leçons d’esthétique Leçons de morale, psychologie et métaphysique P.33

Image à dessein

L’humanité de Henri Bergson

Xavier-Aurélien Racine, 30/03/2024

L’humanité gémit, à demi écrasée sous le poids des progrès qu’elle a faits. Elle ne sait pas assez que son avenir dépend d’elle.

Les Deux Sources de la morale et de la religion

Image à dessein

L’ aphasie de Francis Ponge

Xavier-Aurélien Racine

Je crois que tous les grands écrivains, les très grands écrivains sont aphasiques d’une certaine manière. Je me trompe peut-être, mais j’imagine mal quelqu’un qui vivant avec l’intensité qui est celle de Ponge avec une explication, avec sa propre langue, et qui soit en même temps un parleur, un éloquent ; ce qui fait que, c’est dans une certaine difficulté d’élocution en quelque sorte que l’écriture travaille. Et Ponge est quelqu’un qui a tenu le registre en quelque sorte de ce travail. Il nous en a laissé avec la Table, le Pré, et la Fabrique de pré. C’est toutes les traces, les explications au corps à corps avec la langue, avec quelque chose effectivement de lent, de laborieux, de difficultueux, et qui compose avec une extraordinaire grâce, c’est-à-dire qu’il y a les deux quand on lit les esquisses ; les projets, les bouts de brouillons. On voit la lenteur, le précautionneux, la circonspection, la difficulté à avancer. Et puis, en même temps, dans le rapport à la langue, une agilité, une souplesse, un savoir bondir en quelque sorte qui sont inséparables, et je j’admire le plus chez Ponge. Et puis, il a fait de cette préparation de l’œuvre, de ce Pré, il en a fait une œuvre.

Jacques Derrida

Image à dessein

L’expérience poétique de la langue

Xavier-Aurélien Racine, 16/03/2024

Oui, tout ça sont des…, tous ces textes sont aussi…, on peut le lire ainsi, des déclarations d’amour à tel ou tel mots. Je dis pourquoi, au moins à partir de tel moment, je peux en venir à aimer un mot, à me mettre sous sa loi, à le laisser faire, avec ma complicité, mais à le laisser faire, et en effet le mot pas, auquel j’ai consacré un texte sur Blanchot il y a très longtemps, revient d’une autre manière dans Apories, dans certaines phrases qui ouvrent Apories. Mais bien sûr il
s’agit d’une certaine aventure avec les mots, non pas pour en jouer ou pour…, comment dire, les faire servir, mais d’une certaine manière, pour se mettre à leur service et essayer de leur rendre un service singulier. C’est pourquoi la référence à l’autobiographie est nécessaire et pourtant me gêne un peu, c’est aussi l’autobiographie de quelqu’un qui ne veut pas oublier qu’il est libre sous
la loi de la langue, de l’écriture dans une langue. Ça fait partie, à quelle condition l’expérience de la langue peut-elle faire partie de l’autobiographie. L’expérience poétique de la langue, puisqu’il s’agit, grâce à elle, ou tout en lui rendant grâce, de lui faire faire des choses, ou d’essayer de lui faire faire des choses, comme on le fait avec qui on aime. De lui faire faire des choses qui la surprenne, ça sa fait partie de la signature autobiographique. Mais naturellement on ne peut pas
aimer les mots comme des, …, comme simplement des choses verbales, ou comme des termes, des vocables, on aime les mots en tant qu’ils sont traversés par une destination, même si cette destination reste au bout du compte indéterminée, la destination compte, et c’est la traversée du mot, on revient de nouveau à l’interminable, l’inépuisable question de la route du passage de la
traversée de la frontière.

Jacques Derrida -Deux entretiens à propos de ses livres Apories et Résistance de la psychanalyse dans Du jour au lendemain avec Alain Veinstein sur France culture (1996).
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search