Remasterisations numériques

L’ipséité photographique est le déclencheur d’un possible parfois dépassé par la réalité de la matérialisation de l’image. De l’intention à la finalisation, un ensemble de possibles modifie la réalité de la transcription. Si ” ça à été”, l’actualisation de cette présence est modifiée par sa métamorphose.

J’ emploie cette photographie pour illustrer davantage le concept de la représentation plutôt que son objet.

Xavier-Aurélien Racine, 2006-2008

Se confrontent deux métaphysiques à travers une ontologie en image. Pour Levinas, le visage est le lieu fondamental de l’expression de l’être, alors que pour Leibnitz, il se compose de la réunion des différents atomes.

Les individus appartenant à l’extension d’un concept sont un par ce concept; les concepts, à leur tour, sont un dans leur hiérarchie; leur multiplicité forme un tout. Si les individus de l’extension du concept, tiennent leur individualité d’un attribut accidentel ou essentiel cet attribut n’oppose rien à l’unité, latente dans cette multiplicité. Elle s’actualisera dans le savoir d’une raison impersonnelle, qui intègre les particularités des individus, en devenant leur idée ou en les totalisant par l’histoire . On n’obtient pas l’intervalle absolu de la séparation en distinguant les termes de la multiplicité par une spécification qualitative quelconque qui serait ultime, comme dans la Monadologie de Leibnitz, où leur est inhérente une diffé­rence sans laquelle les monades resteraient indistinguables l’une de l’ « autre ».

Emanuel Levinas, Totalité et infini, P52

L’ agrégation des atomes en amas compose le meilleur des mondes possibles, permettant l’apparition de l’être dans son potentiel.

De l’atome comme particule independante, à la molécule, c’est le pouvoir d’action et ses conséquence techniques qui ont été mises à jour par l’industrialisation de la production esthétique.

On dit souvent que ce sont les peintres qui ont inventé la Photographie ( en lui transmettant le cadrage, la perspective albertienne et l’optique de la caméra obscura). Je dis: non, ce sont les chimistes. Car le noème “Ça a été” n’a été possible que du jour où une circonstance scientifique (la découverte de la sensibilité à la lumière des halogénures d’argent) a permis de capter et d’imprimer directement les rayons lumineux émis par un objet diversement éclairé. La photo est littéralement une émanation du référent. D’un corps réel, qui était là, sont parties des radiations qui viennent me toucher, moi qui suis ici; peu importe la durée de la transmission; la photo de l’être disparu vient me toucher comme les rayons différés d’une étoile.

Roland Barthes, La Chambre claire: Note sur la photographie
Paris Gallimard Seuil, pp. 126-127

Plus qu’une métaphysique, l’image est un pont entre les regards portés sur le monde, synthétisant les perspectives, mêlant oeil américain et troisième oeil par l’ésthétique.

Ici, l’atomisation colorée du visage évoque le Holi, célébration du renouveau de l’être, mêlant les figures aux atomes colorés. Les couleurs semblent prendre une signification symbolique, ( le vert pour l’ harmonie, l’orange pour l’optimisme, le bleu pour la vitalité et le rouge pour la joie et l’amour.)

Si l’image est composée à partir d’ une temporalité matérielle, elle lui échappe par la remasterisation pour appartenir au contexte lui donnant sens dans un Atlas de significations et justifiant ontologiquement de son apparition.

L’image, comme le Rituel du serpent d’Aby Warburg prend sens dans la jonction des signifiants.

Remasteriser l’image, comme la retoucher, c’est faire échapper la représentation du fait pour exprimer un intangible. Alors, pour paraphraser Roland Barthes, je ne montrerai pas ici l’image originelle qui pourrait faire chanceler l’originaire révélé.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.