L’image du temps perdu retrouvé

Roland Barthes, dans son ouvrage La chambre claire exemplifie concrètement son propos par des photographies tirées de l’actualité ainsi que de sa famille. Plus qu’une hiérarchie entre la grande et la petite histoire, ce sont les modalités du lien constitutif de la confrontation des deux qui nous importent.

L’image est révélatrice pour deux raisons, soit elle montre soit elle réactualise un souvenir, une émotion. Du Studium au Punctum, c’est notre rapport du particulier à l’universel que présente l’image qui est en jeu.

Cependant, l’ argentique dans sa matérialité, subit les outrages du temps dont les piqures, pliures, déchirures, écornages, salissures, constituent un véritable voile, écrasant la représentation sous la matérialité additionnée des dégâts temporalisés.

L’évolution de la photographie, avec le numérique, a permis l’émergence de nouvelles modalités de la restauration d’images, non invasives quant à l’original.

La première étape consiste à nettoyer et à réparer les imperfections de l’image. Dès lors que la matière additionnelle s’atténue, l’image réapparait .


La deuxième étape consiste à redonner luminosité et contraste à l’image, en prenant garde de conserver les nuances et les détails .

L’image, ainsi, regagne en présence. Le retoucheur numérique, comme le restaurateur tachera de préserver tant que possible l’entité photographique afin de rester fidèle aux choix premiers du photographe.

Considérant l’époque, si l’image est floue, cela n’a que de peu d’ importance. Des Pictorialistes à Robert Capa, c’est une valeur révélatrice de l’esthétique photographique et de son emprise mondaine. Du mouvement ou bougé au défaut d’optique, c’est l’emprise du contexte sur la captation donnant à voir un moment “donné”.

Si l’image réhabilitée ouvre une petite et fragile fenêtre sur l’histoire avant que l’enchainement des évènements pousse chaque Homme à porter son chaînon de la chaîne éternelle, pour paraphraser Victor Hugo, il est essentiel de pouvoir en maintenir l’existence.

Avec le numérique, tout citoyen est amené à pouvoir préserver une part de cette documentation faisant notre histoire, dont les captures “instantanées” sont des fragments² révélateurs.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Xavier-Aurélien Racine (7 janvier 2019). L’image du temps perdu retrouvé. Apollon en scaphandre intergalactique. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/d3d3


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search